Polysomnographie, quand la science parle des troubles du sommeil

Les troubles du sommeil provoquent de nombreux symptômes inquiétants qui peuvent affecter l’humeur, le niveau d’énergie et la santé générale d’une personne. Malheureusement, ces troubles sont notoirement sous-diagnostiqués car ils se développent souvent progressivement au fil du temps et présentent des symptômes difficiles à reconnaître.

Un diagnostic précis est nécessaire pour permettre un traitement efficace des troubles du sommeil. La polysomnographie, une étude du sommeil, fournit des informations précieuses sur les causes des symptômes d’une personne, notamment sur les éventuels troubles du sommeil. 

Qu’est-ce qu’une polysomnographie ?

Une étude du sommeil1 est un test qui enregistre des données sur vous pendant votre sommeil. Elle est généralement réalisée dans un laboratoire spécial et est connue sous le nom de polysomnogramme2 ou polysomnographie.

Pendant le test, un EEG3 surveille l’activité de votre cerveau pour identifier les cycles et les perturbations du sommeil. 

CHU de Charleroi - Polysomnographie - Examen du sommeil

À quoi s’attendre lors d’une polysomnographie ?

Lorsque vous vous rendez dans une clinique pour une polysomnographie4 , on vous attribue une chambre à vous. Avant de vous coucher, un technologue vous colle ou vous scotche des capteurs indolores à la tête et au corps qui enregistreront les informations. Si vous avez besoin d’aller aux toilettes, le technologue détachera les capteurs et les rattachera à votre retour.

Vous pouvez lire et vous détendre au lit, même durant la polysomnographie, jusqu’à ce qu’il soit temps d’aller dormir.

Le technologue sera là pour surveiller et enregistrer les résultats de votre test et pour vous aider en cas de problème pendant la nuit. Le test de sommeil se termine lorsque vous vous réveillez le matin et que vous faites retirer les capteurs.

Le test de latence du sommeil multiple5 est parfois effectué le lendemain de la polysomnographie. Des capteurs vous seront fixés et recueilleront des données sur vos habitudes de sommeil au cours de cinq périodes de sieste programmées, à deux heures d’intervalle. Au début de chaque période de sieste, le technologue vous informera qu’il est temps de faire une sieste, et vous vous détendrez et essaierez de vous endormir.

Lors des tests d’apnée du sommeil à domicile, vous recevrez un appareil de votre médecin et des instructions sur la manière de l’utiliser. Avant de vous coucher, suivez les instructions pour fixer les capteurs et allumer l’appareil. Dormez à votre heure habituelle. L’appareil que vous allez recevoir recueillera des données. Ces détails seront collectés tout au long de la nuit jusqu’à votre réveil par le technologue qui retirera les capteurs le matin.

Mode de fonctionnement – Polysomnographie

Quel est l’objectif de la polysomnographie ?

Votre médecin peut vous demander de subir une étude du sommeil si vous avez du mal à vous endormir, si vous vous réveillez fréquemment, si vous ronflez ou si vous présentez d’autres symptômes d’un trouble du sommeil. Un polysomnogramme peut également être conseillé sur la base d’un test de la narcolepsie. La somnolence diurne excessive, connu sous le nom d’échelle de somnolence d’Epworth6 est également l’une des raisons de passer par une polysomnographe.

Les études sur le sommeil sont conçues pour diagnostiquer les troubles du sommeil, notamment :

  • l’apnée du sommeil (obstruction totale de la respiration qui dure plus de 10 secondes)
  • Mouvements périodiques des membres
  • Somnolence diurne excessive7
  • Insomnie8
  • Troubles du rythme circadien9
  • Parasomnies10

Narcolepsie11 Comme les auto-évaluations ne donnent pas une image fiable du sommeil, le test est nécessaire pour obtenir une image plus complète de la qualité de votre repos et de ce qui peut se passer dans votre corps pour l’affecter. Les électrodes, de petits disques métalliques avec des fils attachés, placées sur votre corps surveillent l’activité des ondes cérébrales et les stades du sommeil, le rythme cardiaque, le tonus musculaire, les mouvements des jambes, les schémas respiratoires et le niveau d’oxygène dans le sang. Les données recueillies au cours d’une nuit complète de sommeil sont ensuite interprétées.

Comment Fonctionne Polysomnographie Polygraphie, apnee du sommeil appareillage pour mieux dormir

Des informations utiles pour réussir la polysomnographie ?

Une étude du sommeil nécessite une certaine préparation, il est donc bon de connaître les recommandations avant le jour de l’examen.

1. Timing

La plupart des études sur le sommeil se déroulent au cours d’une nuit. L’heure d’enregistrement typique pour un polysomnogramme se situe entre 20 heures et 22 heures, et l’heure de départ habituelle après le réveil d’une personne se situe entre 6 heures et 8 heures. L’objectif est que le patient dorme pendant au moins sept heures. 

Si vous travaillez la nuit, certains établissements peuvent accueillir des études effectuées pendant la journée.

2. Lieu

La polysomnographie est généralement effectuée dans un centre du sommeil ou un laboratoire du sommeil. Il peut s’agir d’un service spécial intégré à un hôpital ou à une clinique, ou d’un établissement autonome. Les études du sommeil sont parfois même organisées dans des hôtels. Les laboratoires du sommeil peuvent être des centres agréés.

Si votre médecin vous commande une étude du sommeil, il vous orientera vers un laboratoire qu’il connaît bien et en qui il a confiance. Si vous cherchez de l’aide par vous-même, assurez-vous de vous adresser aux centres de recherche de votre région pour en trouver un qui soit agréé ou qui ait fait l’objet d’un examen favorable.

En règle générale, une clinique du sommeil est dotée d’un ou de plusieurs médecins formés à la médecine du sommeil. Nombre d’entre eux pratiquent également des disciplines connexes, telles que la neurologie, la psychiatrie et la médecine pulmonaire. Parmi les autres professionnels de la santé que l’on trouve généralement dans un centre du sommeil, figurent des médecins assistants, des infirmières, des inhalothérapeutes et des assistants médicaux.

Outre les polysomnographies, la plupart des centres du sommeil effectuent également d’autres tests de diagnostic des troubles du sommeil et proposent des traitements.

3. Comment se préparer pour une polysomnographie ?

Le jour de la polysomnographie, vous devez suivre autant que possible votre régime alimentaire et vos habitudes quotidiennes. Bien que vous ne vous inscriviez pas à l’étude du sommeil avant le soir, vous devrez garder certaines choses à l’esprit pendant la journée du test:

  • Évitez la caféine sous quelque forme que ce soit, café, thé, boissons gazeuses, chocolat, après le déjeuner le jour du test.
  • Ne buvez pas de cocktail ou de verre de vin le soir. L’alcool, quelle qu’en soit la quantité, peut perturber le sommeil (même si vous n’en êtes pas conscient).
  • Lavez vos cheveux avec du gel ou d’autres produits coiffants. Ils peuvent interférer avec l’enregistrement du sommeil.
  • Ne faites pas de sieste pendant la journée.
Si vous prenez régulièrement des médicaments, assurez-vous que votre médecin sait ce que vous prenez. Il se peut que vous deviez arrêter temporairement de les prendre.

Que se passe-t-il le jour du test ?

1. Pendant le test

Vous serez endormi la plupart du temps pendant les tests, mais il est important de savoir ce qui se passera pour que vous puissiez faire votre part afin que les résultats soient aussi précis et utiles que possible.

2. Pré-test

Lorsque vous arriverez pour votre test de sommeil, la procédure sera similaire à celle d’un rendez-vous chez le médecin. Il y aura peut-être des documents à remplir, notamment un formulaire de consentement, et vous devrez peut-être présenter votre carte d’assurance maladie et/ou votre ticket modérateur, si vous en avez un.

Une fois enregistré, un technicien du sommeil vous emmènera dans votre chambre pour la nuit. Il vous montrera la salle de bains et l’endroit où vous pouvez mettre vos affaires, puis vous laissera vous installer, enfiler vos vêtements de nuit et suivre votre routine nocturne habituelle : brosser vos dents, vous laver le visage, etc.

Le technicien passera ensuite 45 à 60 minutes à vous installer pour votre étude du sommeil. Ce temps peut varier en fonction de son efficacité et de la complexité de votre installation individuelle. Certaines études sur les crises, par exemple, peuvent durer de 90 minutes à deux heures.

En plus des électrodes, plusieurs ou tous les éléments suivants peuvent faire partie de votre dispositif d’étude du sommeil :

  • Un microphone plat en plastique collé sur votre cou pour enregistrer les ronflements
  • Des coussinets adhésifs sur la poitrine pour surveiller votre rythme cardiaque par un électrocardiogramme (EKG)
  • Des ceintures en tissu extensible qui passent sur la poitrine et l’estomac pour mesurer la respiration
  • Des tampons adhésifs ou des électrodes appliquées sur les tibias ou les avant-bras pour surveiller les mouvements musculaires par électromyographie (EMG)
  • Un moniteur de saturation en oxygène capillaire périphérique (généralement fixé à un doigt), mesurant la saturation en oxygène en continu
  • Un électro-oculogramme (EOG), qui utilise des électrodes placées près de l’œil pour mesurer les mouvements des yeux

Tous ces fils seront reliés à une petite boîte portable que vous pourrez facilement emporter avec vous si vous devez vous lever (pour aller aux toilettes, par exemple). 

Si vous utilisez une pression positive continue (CPAP) pendant la nuit, vous pouvez être équipé d’un masque.

Enfin, juste avant de vous mettre au lit, le technicien vous placera une canule nasale, un tube en plastique placé dans le nez, qui mesurera le débit d’air pendant votre sommeil. La plupart des cliniques du sommeil utilisent également une thermistance, un fil à broches qui se place dans les narines et mesure les changements de température

Une fois installé, le technicien vous laisse tranquille. Profitez de ce moment pour lire, regarder la télévision, écouter de la musique. Il est important de ne pas vous endormir avant l’heure habituelle du coucher ou lorsque vous vous sentez assez somnolent pour vous endormir. Prévenez votre technicien lorsque cela se produit.

Le technicien vous aidera alors à vous mettre au lit et à connecter la boîte de fil à un ordinateur afin qu’il puisse vous surveiller depuis une autre pièce. Il y aura probablement une petite caméra infrarouge et un haut-parleur bidirectionnel dans la chambre. 

Si vous devez vous lever pendant la nuit, c’est ainsi que vous appellerez à l’aide pour le faire.

Juste avant d’aller dormir, le technicien devra tester l’équipement. Dans le cadre de ce test, il vous demandera d’ouvrir et de fermer les yeux, de les bouger, de ronfler, d’inspirer et d’expirer, et même de bouger vos bras et vos jambes. Si un fil se dérègle ou se détache pendant la nuit, votre technicien viendra le réparer.

3. Aides au sommeil

Les personnes qui font l’objet d’une étude sur le sommeil craignent souvent de ne pas pouvoir dormir. Étonnamment, la plupart des individus sont capables de dormir, même avec tous les fils, l’environnement étrange et tout ce qui peut être perturbateur. Il est exceptionnellement rare qu’une personne ne soit pas capable de dormir du tout.

Si cela vous inquiète vraiment, votre médecin peut vous faire prendre un médicament qui n’interfère pas avec les différents tests. L’aide au sommeil la plus courante est l’Ambien (zolpidem). 

Ne prenez pas ce médicament ni aucun autre sans l’accord de votre médecin.

Ne prenez pas ce médicament ni aucun autre sans l’accord de votre médecin.

Dans le pire des cas, les tests peuvent être répétés si nécessaire afin de garantir une observation adéquate du sommeil et la validité des résultats.

4. Tout au long du test

Pendant votre sommeil, les électrodes et autres équipements surveilleront vos ondes cérébrales, vos mouvements, les stades de votre sommeil, votre rythme respiratoire, etc. Le technicien vous surveillera de près depuis une autre pièce. Si vous vous réveillez pendant la nuit et que vous devez vous lever pour aller aux toilettes ou que vous ne pouvez pas vous rendormir, vous pourrez contacter le technicien pour obtenir de l’aide. Sinon, vous ne serez pas conscient de ce qui se passe pendant votre sommeil.

Si vous souffrez d’apnée du sommeil, vous pouvez commencer un traitement par pression positive continue des voies respiratoires (CPAP) (si ce n’est déjà fait) afin de trouver la pression appropriée pour améliorer votre respiration.

5. Post-test

Le technicien vous réveillera à votre heure habituelle de réveil. Il retirera vos électrodes et autres dispositifs rapidement, en une dizaine de minutes. Il se peut qu’il y ait un questionnaire sur votre sommeil à remplir.

Si votre chambre est équipée d’une douche et que vous allez directement au travail ou à un rendez-vous, vous pouvez vous y préparer. Vous pouvez également manger, boire et prendre tous vos médicaments habituels.

6. Suivi

Pour les personnes souffrant de somnolence diurne excessive, un polysomnogramme diagnostique peut être suivi d’un test de latence du sommeil multiple. Ce test consiste à faire des siestes à deux heures d’intervalle le jour suivant le test de nuit. Il est quelque peu simplifié par rapport à l’étude de base, car il comporte moins de mesures. Le test de latence peut identifier la narcolepsie, l’hypersomnie, ou si une quantité normale de somnolence diurne est présente.

Un test de maintien de l’éveil peut également être effectué à titre de suivi. Il est généralement réservé aux personnes qui exercent des professions nécessitant une vigilance soutenue afin de préserver la sécurité publique, par exemple les conducteurs de camion, les pilotes, les chefs de train ou d’autres professionnels du transport. 

Ce test permet de s’assurer que, dans un espace calme et quelque peu obscur, la personne testée peut rester éveillée tout en étant légèrement inclinée. Les somnolences passagères (ou l’endormissement) peuvent poser un problème si elles sont identifiées.

Troubles du sommeil et polysomnographie

Pour conclure…

En tant que test de diagnostic, l’étude du sommeil est certainement l’une des évaluations qui prend le plus de temps. Elle peut aussi être l’une des plus étranges, car elle nécessite le port de toutes sortes d’électrodes, de fils et d’autres dispositifs de surveillance et le fait d’être surveillé pendant le sommeil. 

Les centres du sommeil font tout ce qu’ils peuvent pour que les patients se sentent bien chez eux, cependant. C’est aussi ce que vous devez ressentir, mais vous devez vous préparer correctement à l’examen. C’est le meilleur moyen d’obtenir les résultats nécessaires pour diagnostiquer votre trouble du sommeil et vous mettre sur la voie d’une bonne nuit de repos.

Polysomnographie – Foire Aux Questions (FAQ)

Que faire si je ne peux pas dormir pendant une étude sur le sommeil ?

Il est normal de dormir moins que d’habitude pendant une polysomnographie en raison des capteurs et de l’environnement peu familier. Cela n’affecte généralement pas les résultats de votre test, mais informez votre médecin si vous avez des inquiétudes.

Puis-je faire une étude du sommeil à la maison ?

Les études du sommeil à domicile ne sont actuellement utilisées que pour évaluer l’apnée obstructive du sommeil. Les tests d’apnée du sommeil à domicile sont moins efficaces pour détecter le SAOS que la polysomnographie, c’est pourquoi les experts recommandent de ne les utiliser que lorsqu’on suspecte un SAOS modéré ou grave et en l’absence d’autres problèmes de santé. 

Cependant, les tests d’apnée du sommeil à domicile sont plus pratiques, peuvent être plus abordables et vous pouvez mieux dormir dans votre propre lit qu’en clinique. Si votre médecin recommande une polysomnographie pour détecter l’apnée du sommeil, vous pouvez demander si une étude à domicile peut être une alternative appropriée.

Combien de temps devez-vous dormir pour une étude du sommeil ?

Presque tout le monde s’endort lors d’une étude en laboratoire. Dans la plupart des cas, vous n’avez pas besoin de huit heures de sommeil pour que le médecin puisse établir un diagnostic. Parfois, des médicaments peuvent vous être prescrits pour vous aider à dormir pendant l’étude du sommeil en laboratoire. Le matin, le technologue effectuera des tests et retirera les capteurs.

Pourquoi la polysomnographie est-elle effectuée pendant la nuit ?

Bien qu’elle soit généralement effectuée la nuit, la polysomnographie est parfois réalisée pendant la journée pour répondre aux besoins des travailleurs postés qui dorment habituellement pendant la journée.

Puis-je aller aux toilettes pendant une étude du sommeil ?

Les patients qui doivent aller aux toilettes pendant l’étude n’ont qu’à en informer le technologue. Celui-ci débranchera un ou deux raccords centraux, ce qui vous permettra de vous lever et de marcher jusqu’à la salle de bains. L’examen est-il douloureux ? Le test est non invasif et non douloureux.

Que faire si je ne peux pas dormir pendant une étude sur le sommeil ?

Si vous ne pouvez absolument pas dormir pendant votre étude, vous pouvez peut-être prendre un somnifère. C’est l’une des questions à poser à l’avance. Si vous ne prenez pas régulièrement un somnifère sur ordonnance, vous pourrez utiliser un médicament léger en vente libre comme la mélatonine ou la diphenhydramine.

Pouvez-vous dormir sur le côté pendant une étude du sommeil ?

Si vous n’avez dormi que sur le côté pendant l’étude, le technicien peut venir dans la chambre à un moment donné et vous demander d’essayer de dormir sur le dos. Si vous ne dormez jamais sur le dos ou si vous ne pouvez pas dormir dans cette position, il ne l’exigera pas pour cette étude.

Beaux Reves
Logo
Enable registration in settings - general