Sommeil enfant: entre les besoins et la satisfaction

Sommeil d’enfant

La plupart d’entre nous ont déjà ressenti les effets du manque de sommeil enfant après une nuit de mauvais sommeil : des réflexes lents, moins de patience et une capacité réduite à traiter rapidement les informations.

Il n’est donc pas surprenant que les déficits de sommeil puissent avoir un impact sur l’apprentissage et les performances scolaires des enfants. Vous serez peut-être surpris d’apprendre que les enfants réagissent à un manque de sommeil de manière totalement différente de celle des adultes.

Le sommeil est plus important que vous ne le pensez. Ce sentiment de lourdeur et de grogne est terrible et, quand on se sent ainsi, on n’est pas au mieux de sa forme. 

Pourquoi votre enfant a besoin de sommeil?

L’enfant moyen a une journée bien remplie. Il y a l’école, le soin des animaux domestiques, la course avec les amis, la pratique du sport ou d’autres activités, et les devoirs à faire. À la fin de la journée, ton corps a besoin d’une pause. Le sommeil1permet à ton corps de se reposer pour le jour suivant.

1. Le sommeil favorise la croissance

Vous avez sans doute connu des matins où vous avez juré que votre bébé avait grandi pendant la nuit, et vous auriez raison. 

L’hormone de croissance est principalement sécrétée pendant le sommeil profond.

Mère Nature semble avoir protégé les bébés en veillant à ce qu’ils passent environ 50 % de leur temps dans ce sommeil profond, considéré comme essentiel pour une croissance adéquate.

Des chercheurs italiens, étudiant des enfants ayant un niveau déficient d’hormone de croissance, ont constaté qu’ils dorment moins profondément que la moyenne des enfants.

2. Le sommeil aide le cœur

Les experts en apprennent davantage sur la façon dont le sommeil protège les enfants des dommages vasculaires dus aux hormones de stress circulantes et à la paroi artérielle2qui endommagent le cholestérol.

Les enfants souffrant de troubles du sommeil ont une excitation cérébrale excessive pendant le sommeil, ce qui peut déclencher la réaction de lutte ou de fuite des centaines de fois chaque nuit. Leur glycémie et leur cortisol restent élevés pendant la nuit. Tous deux sont liés à des niveaux plus élevés de diabète, d’obésité, et même de maladies cardiaques.

3. Le sommeil a un effet sur le poids

Le sommeil a un effet sur le poids

Il est de plus en plus évident qu’un manque de sommeil entraîne une surcharge pondérale chez les enfants, dès la petite enfance.

Une étude a montré que lorsque les parents sont formés sur la différence entre la faim et d’autres signes de détresse et commencent à se calmer sans manger, en utilisant des techniques telles que l’emmaillotement et le balancement, les bébés sont plus susceptibles d’avoir un sommeil profond et moins susceptibles de souffrir de surpoids.

Votre enfant doit dormir pour bien grandir

Mieux encore ? Cet accompagnement peut commencer dès que les bébés ont deux semaines. L’étude a suivi les bébés pendant une année entière et a montré que lorsque les parents utilisaient ces techniques, cela était payant. 

C’est la clé, car le lien entre le sommeil et le poids semble faire boule de neige. Lorsque nous avons mangé suffisamment pour être rassasiés, nos cellules adipeuses3créent l’hormone leptine, qui nous signale d’arrêter de manger. 

Le manque de sommeil peut avoir un impact sur cette hormone, donc les enfants continuent à manger. 

Les enfants épuisés mangent aussi différemment de ceux qui sont bien reposés. Les recherches ont montré que les enfants, comme les adultes, ont envie d’aliments plus gras ou plus riches en glucides4lorsqu’ils sont fatigués.

Les enfants fatigués ont aussi tendance à être plus sédentaires, donc ils brûlent moins de calories.

4. Le sommeil aide à combattre les germes

Pendant le sommeil, les enfants (et les adultes) produisent également des protéines appelées cytokines5, sur lesquelles l’organisme compte pour combattre les infections, les maladies et le stress. (En plus de lutter contre la maladie, elles nous font dormir, ce qui explique pourquoi avoir la grippe ou un rhume est si épuisant. Cela nous oblige à nous reposer, ce qui aide encore plus le corps à guérir).

Le manque de sommeil semble avoir un impact sur le nombre de cytokines présentes. Il a été constaté que les adultes qui dorment moins de sept heures par nuit sont presque trois fois plus susceptibles de développer un rhume lorsqu’ils sont exposés à ce virus que ceux qui dorment huit heures ou plus.

Bien qu’il y ait peu de données sur les jeunes enfants, des études sur les adolescents ont montré que les épisodes de maladie diminuaient avec la durée du sommeil nocturne.

5. Le sommeil réduit le risque de blessure

Les enfants sont plus maladroits et plus impulsifs lorsqu’ils ne dorment pas assez, ce qui les prépare aux accidents. Une étude sur les enfants chinois a révélé que ceux qui ont le sommeil court (c’est-à-dire moins de neuf heures par nuit pour les enfants d’âge scolaire) sont beaucoup plus susceptibles d’avoir des blessures nécessitant des soins médicaux.

91 % des enfants qui ont subi deux blessures ou plus sur une période de 12 mois ont dormi moins de neuf heures par nuit.

6. Le sommeil augmente la capacité d’attention des enfants

Les enfants qui dorment constamment moins de dix heures par nuit avant l’âge de 3 ans sont trois fois plus susceptibles d’avoir des problèmes d’hyperactivité et d’impulsivité à l’âge de 6 ans.

Manque de sommeil des enfants, les médecins sonnent l'alarme ! - La Maison des Maternelles

Les symptômes de privation de sommeil6et de TDAH, y compris l’impulsivité et la distractibilité, se reflètent presque exactement l’un sur l’autre.

En d’autres termes, les enfants fatigués peuvent être impulsifs et distraits même s’ils ne souffrent pas de TDAH. Personne ne sait combien d’enfants sont mal diagnostiqués, mais exclure les problèmes de sommeil est une partie importante du diagnostic.

Pour les enfants d’âge scolaire, des recherches ont montré que le fait de ne pas ajouter plus de 27 minutes de sommeil par nuit leur permet de mieux gérer leur humeur et leurs impulsions afin qu’ils puissent se concentrer sur leurs devoirs. 

Les enfants atteints de TDAH semblent également être plus vulnérables aux effets d’un manque de sommeil. Les parents sont presque trois fois plus susceptibles de déclarer que leur enfant atteint de TDAH a du mal à s’endormir et/ou à rester endormi que les parents dont l’enfant n’est pas atteint de TDAH.

7. Le sommeil stimule l’apprentissage

Le sommeil facilite l’apprentissage chez les enfants de tous âges, et les experts en éducation constatent que les siestes ont une magie particulière. Des neuroscientifiques de l’université du Massachusetts Amherst ont enseigné à un groupe de 40 enfants d’âge préscolaire un jeu similaire à celui de la mémoire.

Les enfants ont ensuite fait une sieste (d’une durée moyenne de 77 minutes) une semaine et sont restés éveillés l’autre semaine. Lorsqu’ils restaient éveillés, ils oubliaient 15 % de ce qu’ils avaient appris, mais lorsqu’ils faisaient la sieste, ils retenaient tout. Les enfants ont mieux marqué au jeu, non seulement après leur réveil, mais aussi le lendemain.

“  Une maman ne dort jamais tout à fait ; son enfant contrôle la qualité de son sommeil “

De combien de temps les enfants ont-ils besoin pour dormir ?

La Science Explique de Combien de Sommeil tu as Besoin Selon Ton âge

Le sommeil est un élément essentiel du développement de l’enfant. Lorsque les bébés deviennent des bambins, puis des enfants d’âge scolaire, puis des adolescents, les habitudes et les besoins de sommeil peuvent changer.

Il n’est certainement pas facile de contrôler le nombre d’heures de sommeil de votre enfant, et encore moins de savoir si ce nombre est suffisant.

Bien qu’aucune formule ne dicte exactement combien de temps chaque enfant doit dormir, il existe quelques lignes directrices qui peuvent vous aider à déterminer une fourchette cible.

Les nouveau-nés et les nourrissons ont le plus grand besoin de sommeil, suivis par les tout-petits. Lorsque votre enfant aura quatre ans et qu’il sera en âge d’aller à l’école, ses besoins en sommeil changeront encore une fois, c’est donc ce que vous devez savoir.

1. Enfants de quatre ans

Bien que les siestes soient recommandées pour les enfants jusqu’à l’âge de cinq ans, environ 50 % des enfants cessent de faire la sieste à l’âge de quatre ans. En général, les enfants de quatre ans ont besoin d’un total d’environ 10 à 12 heures de sommeil par jour.

2. Enfants de quatre à cinq ans

Les enfants de cette tranche d’âge devraient encore tirer 10 à 13 heures par jour, mais à ce stade, tout ce sommeil devrait venir de la nuit (plus de siestes !). À cet âge et à ce stade, la stimulation mentale et physique, ainsi que l’excitation et l’anxiété de la vie scolaire et sociale, peuvent avoir un impact sur le sommeil.

Gardez donc à l’esprit qu’il faudra peut-être du temps à votre enfant pour s’habituer à une routine de sommeil régulière.

3. Enfants de 6 à 13 ans 

Les besoins en sommeil diminuent légèrement. Un enfant de six ans qui dort 10,5 à 11 heures par nuit peut être plus éveillé et plus alerte lorsqu’il dort 10 heures par nuit à l’âge de sept ans. Les enfants de cet âge ont besoin de neuf à onze heures par nuit, mais peuvent dormir jusqu’à 12 heures et même moins que sept heures.

Comment construire une meilleure heure de coucher pour votre enfant?

Dès le plus jeune âge, vous pouvez faire beaucoup pour aider vos enfants à grandir en aimant leurs zzz.

1. Encouragez l’auto-assistance

Essayez de ne pas laisser votre enfant s’endormir en mangeant, et mettez-le au lit lorsqu’il est encore éveillé.

À 3 mois, vous devriez ralentir votre temps de réaction lorsqu’il se réveille en pleurant la nuit.

À 6 mois, lorsque la plupart des bébés dorment généralement toute la nuit, pensez à abandonner le moniteur si votre chambre n’est pas très éloignée.

Vous pouvez aussi baisser le volume. Vous serez moins tentée de vous précipiter vers votre bébé agité et il sera plus susceptible de se rendormir tout seul.

2. Créez une solide routine

Les enfants devraient avoir un rituel du coucher cohérent d’ici 3 mois, qui ne dure pas plus de 30 à 40 minutes, bain compris. Les enfants qui se couchent après 21 heures mettent plus de temps à s’endormir, se réveillent plus souvent la nuit et dorment moins en général.

Il est également préférable de s’en tenir aux sons habituels à l’heure du coucher, comme les vagues de l’océan enregistrées ou un ventilateur, et aux objets favoris de l’heure du coucher, comme une couverture ou un oreiller spécial.

3. Préparez le terrain pour le sommeil

Essayez de maintenir la même température et le même niveau de lumière dans la chambre de votre enfant, même lorsqu’il est en vacances.

Santé - Détecter l’apnée du sommeil

Éteignez aussi les écrans, car les recherches sur la lumière générée par les ordinateurs et les tablettes s’intensifient : Deux heures d’écran juste avant de se coucher suffisent pour faire baisser de 22 % le taux de mélatonine7, une substance chimique qui se produit naturellement la nuit et qui signale le sommeil à l’organisme. Les dispositifs d’assèchement après le dîner.

4. Ajoutez une autre histoire à l’heure du coucher

Vous savez déjà que lire aux enfants les aide à apprendre, mais écouter des livres d’histoires est un excellent moyen pour les enfants de partir au pays des rêves. De toutes les activités, la lecture de livres imprimés semble être la plus relaxante.

5. Faites un audit du sommeil

Il est judicieux de mesurer périodiquement le temps de sommeil de votre enfant, surtout si vous observez des signes de troubles.

Les parents peuvent ne pas identifier les crises de jour d’un enfant comme un problème lié au sommeil. Cependant, lorsqu’ils suivent le sommeil de leur enfant et font un effort constant pour le mettre au lit une heure plus tôt pendant une semaine, les problèmes s’améliorent considérablement. 

Cela est particulièrement utile pour les enfants d’âge préscolaire, qui s’éloignent des siestes. Pour les enfants plus âgés, chaque année scolaire apporte de nouvelles activités et exigences. Parmi les signaux d’alarme, citons le fait de s’assoupir devant la télévision ou dans la voiture.

Sommeil d’enfant – Foire Aux Questions (FAQ)

Quand mon enfant doit-il arrêter de faire la sieste pendant la journée ?

La plupart des enfants cessent de faire la sieste à l’âge de 5 ans. La façon dont ils font la sieste pendant cette période de transition varie considérablement. 

Gardez cela à l’esprit :

  • La quantité totale de sommeil que votre enfant obtient sur une période de 24 heures est tout aussi importante, et peut-être même plus importante, que le “sommeil de nuit” et le “sommeil de jour”.
  • Ce qui importe autant que la quantité de sommeil que votre enfant obtient “en chiffres”, c’est qu’il semble heureux, alerte et bien reposé pendant la journée. Cependant, le fait de faire des sauts entre les siestes et de ne pas en faire peut augmenter les difficultés de sommeil, il est donc préférable de choisir un seul horaire.
  • Si votre enfant a besoin d’une sieste tôt le matin (avant 10 heures), il se peut qu’il se réveille trop tôt ; cette sieste est en fait la dernière partie de son sommeil nocturne. 
  • Une sieste en fin d’après-midi (après 16 heures) peut l’empêcher de s’endormir à l’heure du coucher. Les enfants doivent généralement rester éveillés pendant au moins quatre heures avant de s’endormir à nouveau.

Mon enfant de 4 ans semble hyperactif, pas fatigué. Est-ce le signe d’un problème de sommeil ?

Souvent, les jeunes enfants n’ont pas l’air d’avoir sommeil (ils bâillent, se plaignent d’être fatigués), mais ils “passent à l’acte” lorsqu’ils sont trop fatigués. 

un problème de sommeil

Votre enfant peut être grincheux, frustré, hyperactif et avoir peu de contrôle et de capacité d’attention. Tous ces comportements peuvent signifier que votre enfant ne bénéficie pas de la qualité ou de la quantité de sommeil dont il a besoin.

La télévision m’aide à m’endormir. Mon fils peut-il donc s’endormir avec la télévision ou son ordinateur portable ?

Il y a plusieurs problèmes pour s’endormir avec des appareils électroniques, en particulier avec des écrans (la télévision, l’ordinateur, le téléphone, etc.).

La lumière (surtout la lumière bleue) des écrans d’ordinateurs, de téléviseurs et de lecteurs électroniques peut réduire la libération de mélatonine, “l’hormone du sommeil” du corps. Cela peut rendre l’endormissement difficile.

Le contenu de ce que votre enfant regarde peut être trop stimulant, l’empêchant d’atteindre l’état d’esprit calme et détendu dont il a besoin pour dormir.

Il est courant de devenir dépendant des écrans pour s’endormir. Il peut donc être difficile de se rendormir pendant la nuit sans l’aide d’une télévision ou d’un ordinateur. 

Il est également important que les parents soient de bons modèles d’habitudes de sommeil saines pour leurs enfants.

Ma fille de 9 ans s’assoupit pendant le trajet de 15 minutes en voiture pour aller à l’école et en revenir. Est-ce normal ?

Non. En général, les enfants d’âge scolaire qui dorment suffisamment ne s’endorment pas pendant la journée, sauf s’ils souffrent d’un trouble du sommeil, comme l’apnée du sommeil

Si votre enfant semble avoir constamment besoin de plus de sommeil ou s’il semble somnolent pendant la journée, vous devez en parler à votre pédiatre.

Mon fils se plaint parfois de “douleurs de croissance”. Quelle en est la cause ?

Les douleurs de croissance se produisent généralement pendant la nuit et réveillent les enfants avec des symptômes dans les jambes. 

Bien que l’on ne sache pas exactement ce qui provoque ces symptômes, les douleurs de croissance peuvent être liées à la condition de sommeil appelée trouble périodique des mouvements des membres. Ce trouble provoque un sommeil très agité et des mouvements de coups de pied pendant le sommeil. 

Une autre cause de gêne au niveau des jambes peut être le syndrome des jambes sans repos, une envie de bouger les jambes surtout au moment du coucher.

Ma fille de 8 ans ronfle, tout comme son père. Est-ce un problème ?

Les ronflements nocturnes forts peuvent être un symptôme d’apnée du sommeil, surtout s’ils accompagnent la respiration par la bouche, des pauses respiratoires notables, un sommeil agité, des sueurs pendant le sommeil, des reniflements ou des halètements. Les conditions qui augmentent le risque d’apnée du sommeil chez les enfants comprennent les grosses amygdales, les allergies, l’asthme, la surcharge pondérale et des antécédents familiaux d’apnée du sommeil.

Si votre enfant présente l’un des symptômes de troubles de sommeil, parlez-en à votre pédiatre. Votre enfant pourrait bénéficier d’une étude du sommeil pendant la nuit pour examiner le problème.

Beaux Reves
Logo
Enable registration in settings - general