Lombalgie : comment soigner un lumbago ?

Vous êtes-vous penché dans la mauvaise direction en soulevant quelque chose de lourd ? Vous souffrez de quelques douleurs gênantes au niveau bas du dos ? Quelle qu’en soit la cause, une fois que vous sentez ces douleurs, il peut être difficile de se secouer. 

Appelez le médecin, bien sûr. Vous souffrez sûrement des douleurs lombaires ou ce qu’on appelle souvent la lombalgie. Voici quelques informations et conseils sur ces douleurs de dos gênantes.

Qu’est-ce que les douleurs lombaires ?

Quelles sont les causes de la lombalgie ?

1. Les tensions

Les muscles peuvent se déchirer suite à une activité excessive. Les symptômes comprennent des douleurs dans le bas du dos, ainsi que des déchirures musculaires. 

2. Blessure au disque

Les disques du dos sont sujets à des blessures. Ce risque augmente avec l’âge. L’extérieur du disque peut se déchirer ou présenter une hernie.

Une hernie discale, également appelée glissement ou rupture de disque, se produit lorsque le cartilage qui entoure le disque pousse contre la moelle épinière ou les racines nerveuses. 

Cela peut entraîner une compression de la racine nerveuse lorsqu’elle sort de la moelle épinière et traverse les os vertébraux. Les lésions discales surviennent généralement de manière soudaine après avoir soulevé quelque chose ou avoir tordu le dos. Contrairement à une entorse dorsale , la douleur due à une lésion discale dure généralement plus de 72 heures.

3. Sciatique

La sciatique peut se produire avec une hernie discale si le disque appuie sur le nerf sciatique. Elle peut provoquer des douleurs dans les jambes et les pieds. Cette douleur ressemble généralement à une sensation de brûlure ou à des picotements.

4. Sténose vertébrale

La sténose vertébrale se produit lorsque la colonne vertébrale se rétrécit, exerçant une pression sur la moelle épinière et les nerfs rachidiens.

La pression exercée sur les nerfs rachidiens provoque des symptômes tels que :

  • engourdissement
  • crampes
  • faiblesse

Vous pouvez ressentir ces symptômes n’importe où dans le corps. De nombreuses personnes souffrant de sténose vertébrale remarquent que leurs symptômes s’aggravent lorsqu’elles se tiennent debout ou marchent.

5. Courbures anormales de la colonne vertébrale

La scoliose, la cyphose et la lordose sont toutes des affections qui provoquent des courbures anormales de la colonne vertébrale.

Il s’agit d’affections congénitales qui sont généralement diagnostiquées pour la première fois pendant l’enfance ou l’adolescence. La courbure anormale provoque des douleurs et une mauvaise posture car elle exerce une pression sur la colonne :

  • les muscles
  • tendons
  • ligaments
  • vertèbres
  • Autres conditions

Comment diagnostique-t-on une lombalgie ?

Votre médecin commencera probablement par demander un historique médical complet et procédera à un examen physique approfondi pour déterminer où vous ressentez la douleur lombaire. Un examen physique peut également déterminer si la douleur affecte l’amplitude de vos mouvements.

1. Soins à domicile

Les méthodes d’autosoins sont utiles pendant les 72 premières heures suivant le début de la douleur. Si votre lombalgie ne s’améliore pas après 72 heures de traitement à domicile, vous devez appeler votre médecin.

2. Traitement médical

La lombalgie peut se manifester dans différentes conditions, notamment :

  • une tension et une faiblesse musculaires
  • nerfs coincés
  • désalignement de la moelle épinière

Il existe un certain nombre de traitements médicaux possibles, notamment :

  • les médicaments
  • appareils médicaux
  • la thérapie physique

Votre médecin déterminera le dosage et l’application appropriés des médicaments en fonction de vos symptômes. Votre peut vous prescrire :

  • les relaxants musculaires
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  • des stéroïdes pour réduire l’inflammation
  • injections de corticostéroïdes

Votre médecin peut également vous prescrire :

  • un massage
  • stretching
  • exercices de renforcement
  • la manipulation du dos et de la colonne vertébrale

3. Chirurgie

Dans les cas graves de lombalgie, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. La chirurgie n’est généralement une option que lorsque tous les autres traitements ont échoué. Toutefois, en cas de perte de contrôle des intestins ou de la vessie, ou de perte neurologique progressive, la chirurgie devient une option d’urgence.

  • Une discectomie permet de soulager la pression exercée par une racine nerveuse sur laquelle un disque ou un éperon osseux bombé est pressé. Le chirurgien retire un petit morceau de la lamelle, une partie osseuse du canal rachidien.
  • La thérapie électrothermique intradiscale est une technique pratique qui consiste à insérer une aiguille dans le disque par un cathéter et à le chauffer pendant 20 minutes. Cela permet d’épaissir la paroi du disque et de réduire le bombement du disque interne et l’irritation du nerf.
  • La nucléoplastie consiste à insérer un dispositif en forme de baguette dans le disque par une aiguille. Il permet ensuite d’enlever le matériau du disque interne. Le dispositif utilise ensuite des ondes radio pour chauffer et rétrécir le tissu.
  • La lésion ou l’ablation par radiofréquence est une méthode d’utilisation des ondes radio pour interrompre la façon dont les nerfs communiquent entre eux. Un chirurgien insère une aiguille spéciale dans les nerfs, afin de détruire les nerfs, après son chauffage.
  • La fusion vertébrale réduit les mouvements douloureux. L’intervention consiste à enlever les disques entre deux ou plusieurs vertèbres. Le chirurgien fusionne ensuite les vertèbres l’une à côté de l’autre à l’aide de greffes osseuses ou de vis métalliques spéciales.
  • Une laminectomie rachidienne, également appelée décompression rachidienne, consiste à retirer la lamelle pour agrandir la taille du canal rachidien. Cela permet de soulager la pression exercée sur la moelle épinière et les nerfs.

Comment peut-on prévenir les lombalgies ?

Il existe de nombreuses façons de prévenir la lombalgie. La pratique de techniques de prévention peut également contribuer à réduire la gravité de vos symptômes si vous avez une blessure au bas du dos. La prévention implique :

  • l’exercice des muscles de l’abdomen et du dos
  • perdre du poids si vous êtes en surpoids
  • soulever les objets correctement en se pliant aux genoux et en les soulevant avec les jambes
  • le maintien d’une bonne posture

Vous pouvez également le faire :

  • dormir sur une surface ferme
  • s’asseoir sur des chaises de bonne hauteur
  • éviter les chaussures à talons hauts
  • arrêter de fumer, si vous fumez

1. Maintenez une posture correcte pendant vos activités

Pour protéger le bas de votre dos contre les blessures, il est important de maintenir une posture correcte lors d’activités physiques, en particulier si vous pratiquez un sport ou si vous avez un emploi qui exige des mouvements répétitifs. Évitez de vous affaler autant que possible et visez à maintenir votre colonne vertébrale en position droite. Lorsque vous soulevez des objets, pliez et redressez les genoux, et non la taille. 

2. Maintenez une posture correcte lorsque vous êtes assis

Vous pouvez éviter les douleurs lombaires en gardant une bonne posture lorsque vous êtes assis. Si vous travaillez sur un bureau, gardez les pieds au sol et utilisez une chaise qui vous permet de soutenir le bas du dos. Évitez également de vous pencher vers l’avant pour voir votre écran d’ordinateur et de vous étendre loin devant vous pour utiliser votre souris ou votre clavier. 

3. Utilisez de la glace ou de la chaleur

L’application de glace dans les 24 à 72 heures qui suivent vos blessures au bas du dos peut aider à soulager la douleur et à réduire le gonflement. Ensuite, passez à la chaleur pour aider à détendre les muscles tendus. La chaleur est également utile pour les lombalgies chroniques qui ne sont pas liées à une blessure aiguë. 

4. Étirez vos muscles

Les étirements sont un excellent moyen de soulager les douleurs lombaires chroniques et aiguës et de prévenir les problèmes lombaires futurs. Comme les muscles du dos s’étendent dans de nombreuses directions, il est important de faire des étirements variés. Les étirements de base du bas du dos comprennent : 

5. Portez des chaussures appropriées. 

Des chaussures de soutien peuvent améliorer votre posture générale, augmenter votre stabilité et réduire le risque de souffrir de douleurs lombaires. Veillez à porter des chaussures adaptées à l’activité que vous pratiquez.

Bien qu’il soit peu probable que le port occasionnel de chaussures non adaptées, telles que des tongs ou des talons hauts, provoque des problèmes lombaires, un port prolongé ou fréquent peut exercer une pression accrue sur le bas de votre colonne vertébrale. 

6. Maintenez un poids sain

Le surpoids peut augmenter la pression sur le bas du dos, surtout en vieillissant. Suivez les recommandations de votre médecin en matière d’alimentation et d’exercice physique et visez à maintenir votre poids dans une fourchette saine pour votre taille.

7. Restez actif

Si vous souffrez de douleurs lombaires, vous devez résister à la tentation de rester au lit. En fait, bouger et s’étirer doucement peut aider les muscles du bas du dos à guérir plus rapidement. Cependant, il vous faut éviter les activités fatigantes qui causent plus de douleur.

8. Faites-vous masser

En plus des étirements, le massage est un autre moyen d’aider à allonger les muscles raccourcis et à soulager la tension dans le bas du dos. Des muscles lombaires sains entraînent une plus grande stabilité générale, ce qui peut aider à prévenir de futurs problèmes lombaires. 

9. Dormez sur un matelas de qualité

Les personnes souffrant de lombalgies ont généralement intérêt à dormir sur un matelas moyennement ferme. Toutefois, la position de sommeil que vous préférez devrait également influencer votre choix de matelas. Pour maintenir une bonne posture, les personnes qui dorment sur le côté doivent choisir un matelas plus souple. Les personnes qui dorment sur le dos et sur le ventre doivent choisir un matelas plus ferme. Si vous avez des douleurs au bas du dos, il est conseillé d’éviter de dormir sur le ventre. 

Si vos douleurs lombaires ne s’améliorent pas après 4 à 6 semaines de soins à domicile en suivant ces suggestions, vous devriez consulter votre médecin. Vous devez également contacter votre médecin immédiatement si vous avez des “signaux d’alarme”.

Lombalgie – Foire Aux Questions (FAQ)

Peut-on mourir d’une lombalgie ?

Beaucoup de gens ne considèrent pas les lombalgies comme un danger de mort, mais elles le sont. Selon une étude australienne, les personnes souffrant de lombalgies ont 13 % plus de risques de mourir, quelle qu’en soit la cause.

Le lumbago est-il une véritable maladie ?

La lombalgie est un terme général utilisé pour décrire la douleur dans le bas du dos. Elle touche des millions de personnes chaque année et peut être causée par des anomalies de la colonne vertébrale, des articulations, des muscles ou des nerfs du bas du dos.

Comment puis-je savoir si mes douleurs dorsales sont graves ?

Consultez immédiatement un médecin si votre lombalgie est associée à l’un des symptômes suivants : 

  • Faiblesse croissante dans les jambes
  • Perte de contrôle de la vessie et/ou des intestins
  • Douleurs intenses à l’estomac.

Combien de temps dure une lombalgie ?

Une lombalgie aiguë est une douleur qui peut durer jusqu’à 4 semaines. Elle peut aller d’une légère gêne à une incapacité de travailler ou d’effectuer des activités quotidiennes. Cette douleur persiste pendant plus de quatre semaines et peut même durer jusqu’à trois mois.

Pourquoi puis-je sentir mon cœur battre dans le bas de mon dos ?

Si vous remarquez que votre douleur lombaire a tendance à palpiter en même temps que votre pouls, cela pourrait être le signe d’un anévrisme abdominal, c’est-à-dire lorsqu’une grosse artère ballonne près de votre colonne vertébrale. Cette affection est plus fréquente chez les personnes normalement exposées à un risque de maladie cardiaque.

Photo of author
E. Labidi est redactrice santé depuis 10 ans.