Somnifère pour SJSR : Peut-il être efficace pour le syndrome des jambes sans repos

Pour la plupart des gens, l’heure du coucher est une pause bienvenue dans la journée, mais pas pour les personnes atteintes du syndrome des jambes sans repos. 

Lorsqu’elles s’allongent, un picotement ou une brûlure se fait sentir dans une ou deux jambes, accompagné d’une irrésistible envie de bouger. 

Très vite, elles se lèvent et marchent, s’étirent, font tout pour se débarrasser de cette sensation. Il s’agit d’un rituel nocturne dont souffrent plusieurs personnes chaque nuit, mais qui, pour beaucoup, peut être résolu… Un somnifère pour SJSR peut les mettre sur la voie de la résolution.

Somnifère pour SJSR : liste des médicaments 

Les médicaments ne sont généralement pas nécessaires pour le syndrome des jambes sans repos léger ou secondaire, à l’exception des suppléments et des analgésiques en vente libre. Les traitements de première intention pour le SJSR chronique ou sévère sont les agonistes de la dopamine ou les gabapentinoïdes, des médicaments anti-convulsions qui peuvent également soulager la douleur nerveuse. 

Lorsqu’un somnifère pour SJSR échoue, de faibles doses d’opioïdes peuvent gérer les symptômes

Agonistes de la dopamine

On pense que le SJSR est principalement causé par un manque de dopamine dans le cerveau. Les agonistes de la dopamine (ou dopaminergiques), tels que le pramipexole, le ropinirole, la cabergoline et la rotigotine, sont des médicaments qui “imitent” la dopamine dans le cerveau. 

Ils sont remarquablement efficaces pour réduire les symptômes du SJSR et améliorent considérablement le sommeil. Cependant, après un certain temps, ils perdent leur efficacité et aggravent souvent les symptômes du SJSR. En raison du risque de sevrage, les agonistes de la dopamine sont prescrits pour le SJSR à la dose la plus faible possible et pour la période la plus courte possible.

Gabapentinoïdes

Les gabapentinoïdes ont été développés à l’origine comme médicaments anti-convulsifs, mais ils sont maintenant largement utilisés pour soulager la douleur. Ces médicaments réduisent l’excitabilité des nerfs de la moelle épinière, ce qui permet de calmer efficacement les symptômes du SJSR ainsi que d’autres types de douleurs nerveuses. 

Ils ne risquent pas d’aggraver les symptômes du SJSR de la même manière que les agonistes de la dopamine. C’est pourquoi les professionnels de la santé se tournent de plus en plus vers les gabapentinoïdes, Horizant (gabapentine enacarbil), Lyrica (prégabaline) et une formulation générique de la gabapentine, comme traitement de première intention du SJSR grave ou chronique.

Opioïdes

Les opioïdes à faible puissance, comme le tramadol et l’hydrocodone, peuvent être efficaces pour traiter les cas intermittents de symptômes du SJSR, selon les besoins. Pour les cas modérés à graves qui ne peuvent être traités avec succès par des agonistes de la dopamine ou des gabapentinoïdes, les traitements de deuxième ligne sont des opioïdes plus puissants. 

Les opioïdes plus puissants peuvent être ajoutés à d’autres classes de médicaments ou utilisés en monothérapie. 

L’oxycodone et la méthadone sont particulièrement efficaces pour soulager le SJSR et améliorer le sommeil dans les situations de symptômes extrêmes du syndrome, surtout si le patient doit interrompre brusquement un agoniste de la dopamine. Ces médicaments présentent également des difficultés particulières pour une utilisation à long terme et il convient généralement d’utiliser les doses les plus faibles possibles.

Autres médicaments sur ordonnance

Les médicaments qui comprennent la lévodopa (une molécule que le corps convertit en dopamine) et les benzodiazépines, comme le clonazépam, ont été prescrits pour le SJSR afin de traiter les symptômes ou d’endormir les patients. Ils sont toutefois rarement prescrits de nos jours. La lévodopa perd rapidement de son efficacité et provoque un sevrage.

Médicaments pour soulager les symptômes

Les personnes souffrant de SJSR léger peuvent gérer les symptômes nocturnes avec de l’acétaminophène ou des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) comme l’aspirine et l’ibuprofène.

Suppléments

La plupart des patients atteints du SJSR se verront prescrire ou conseiller de prendre un supplément de fer. Le fer est un composant essentiel de la production de dopamine par l’organisme. Une carence en magnésium ou en folates (vitamine B9) peut également être à l’origine du SJSR, c’est pourquoi des suppléments peuvent être conseillés ou prescrits.

Quel est le meilleur somnifère pour SJSR ?

Le syndrome des jambes sans repos est une affection neurologique complexe. Certains des médicaments les plus efficaces, les agonistes de la dopamine, perdent leur efficacité très rapidement et pourraient aggraver l’affection avec le temps. 

D’autres ont des effets secondaires graves. De nombreux médicaments prescrits par les médecins ne sont pas approuvés pour le SJSR, leur efficacité n’a donc pas été prouvée. Pour toutes ces raisons, le meilleur somnifère pour SJSR dépendra de la manière dont le patient répondra à tout traitement.

Le meilleur somnifère pour SJSR
Nom du médicament Classe de médicament Voie d’administration Posologie standard Effets secondaires courants




ropinirole




Agoniste dopaminergique




Orale
Dose la plus faible possible  en commençant par 0,25 mg une fois par jour, à prendre trois heures avant le coucher Nausées, somnolence, comportements compulsifs




pramipexole




Agoniste dopaminergique 




Orale 
Dose la plus faible possible, à partir de 0,125 mg une fois par jour, trois heures avant le coucher  Nausées, somnolence, comportements compulsifs


rotigotine

Agoniste dopaminergique 

Timbre transdermique 
Dose la plus faible possible, à partir de 1 mg/24 heures  Nausées, somnolence, comportements compulsifs



cabergoline



Agoniste dopaminergique 



Orale 
Dose la plus faible possible, à partir de 0,5 mg une fois par jour, trois heures avant le coucher  Maux de tête, nausées, vertiges
Horizant  Gabapentinoïde  Orale 600 mg pris à 17 heures tous les jours  Vertiges, somnolence, maux de tête
prégabaline Gabapentinoïde  Orale  50 mg à 75 mg une fois par jour, trois heures avant le coucher s Maux de tête, bouche sèche, nausée


oxycodone


Opioïde


Orale 
Dose la plus faible possible, 5 mg à 15 mg toutes les quatre à six heures  Constipation, nausées, somnolence


ibuprofène


AINS


Orale 
200 mg à 400 mg pris toutes les quatre à six heures au besoin  Nausées, saignements, douleurs d’estomac

acétaminophène

Anti-douleur 

Orale 
325 mg à 650 mg toutes les six heures selon les besoins  Nausées, douleurs d’estomac, perte d’appétit

Quels sont les effets secondaires courants du somnifère pour SJSR ?

les effets secondaires courants du somnifère pour SJSR

Tous les somnifères peuvent avoir des effets secondaires, et les différentes classes ont des effets secondaires différents. Cependant, cette liste n’est pas exhaustive et vous devez consulter votre professionnel de santé pour connaître les effets secondaires et les interactions médicamenteuses possibles en fonction de votre situation particulière.

Les agonistes de la dopamine, les gabapentinoïdes et les opioïdes prescrits sur ordonnance ont tous pour effets secondaires courants la somnolence, la fatigue, la confusion et les étourdissements.

Certains effets secondaires graves des agonistes de la dopamine sont des hallucinations et de graves problèmes de contrôle des impulsions, comme une suralimentation ou des jeux d’argent inconsidérés. Cependant, les effets secondaires graves les plus courants des agonistes de la dopamine sont l’augmentation et le sevrage.

Le sevrage signifie que les agonistes de la dopamine finissent par aggraver les symptômes si le somnifère pour SJSR est pris suffisamment longtemps. Ce n’est pas la même chose que de développer une tolérance au médicament. Au contraire, le somnifère pour SJSR aggrave l’état sous-jacent. Les symptômes reviennent au niveau de base lorsque le somnifère pour SJSR est arrêté.

Les agonistes de la dopamine présentent un risque élevé de sevrage, appelé syndrome de sevrage des agonistes de la dopamine. Même après l’arrêt du médicament, un patient sur cinq éprouvera des symptômes psychiatriques, tels que l’anxiété, des crises de panique et des pensées suicidaires, ainsi que des symptômes physiques, tels que la douleur, la nausée et l’envie de drogue.

Les effets secondaires les plus graves des gabapentinoïdes et des opioïdes sont l’abus et le surdosage. Une surdose de l’un ou l’autre somnifère pour SJSR peut être fatale, mais les gabapentinoïdes, contrairement aux opioïdes, n’ont pas d’antidote.

Les analgésiques tels que les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) en vente libre et l’acétaminophène sont largement disponibles et sûrs. Les AINS, contrairement à l’acétaminophène, interfèrent avec la coagulation du sang, de sorte que leurs effets secondaires les plus graves sont les ecchymoses et les saignements, qui peuvent se manifester dans le système digestif.

Quels sont les meilleurs remèdes maison pour le syndrome des jambes sans repos ?

Les changements de mode de vie sont un élément essentiel du traitement du SJSR. Les traitements les plus efficaces consistent à éviter les substances telles que la caféine, l’alcool, la nicotine et certains médicaments, qui aggravent les symptômes. 

Il a été démontré que ces substances aggravent les symptômes du SJSR. La première étape dans la gestion du SJSR est donc de s’en abstenir. Certains antihistaminiques sont également une mauvaise idée.

Faites de l’exercice tous les jours

Un exercice modéré peut aider à soulager les symptômes légers du SJSR chez certains patients. En revanche, les séances d’entraînement intenses aggravent les symptômes, alors n’en faites pas trop.

Maintenez une meilleure hygiène du sommeil.

Environ trois patients du SJSR sur quatre ont des problèmes de sommeil. Une bonne hygiène du sommeil peut ne pas avoir d’effet sur les symptômes du SJSR, mais peut améliorer le sommeil et augmenter l’éveil diurne. Couchez-vous à la même heure tous les soirs, éteignez la lumière et éliminez les distractions. Faites du yoga, des étirements ou des bains chauds pour vous détendre avant de vous coucher. 

Évitez les repas lourds, les excitants ou les stimulants comme la caféine avant le coucher

Massez les jambes

Le massage peut aider à soulager les symptômes du SJSR. Essayez de masser le mollet ou les ischio-jambiers avec un rouleau de massage. Bien que les preuves ne soient pas claires, le massage ne peut au moins pas faire de mal.

Les benzos pour traiter le syndrome des jambes sans repos

Vous connaissez peut-être les benzos comme des tranquillisants ou des sédatifs. Plus d’une douzaine sont disponibles sur ordonnance. Ces médicaments ne traitent pas les symptômes du syndrome des jambes sans repos (SJSR) mais peuvent aider une personne atteinte de SJSR à avoir un sommeil plus réparateur.

Le Klonopin (clonazépam) est la benzodiazépine la mieux étudiée pour le SJSR. Les autres benzos comprennent le Valium, le Xanax et l’Ativan.

Les benzos peuvent être prescrites à petites doses pour le SJSR léger, pour une utilisation occasionnelle

Autres traitements du syndrome des jambes sans repos

Il existe plusieurs façons de traiter le SJSR, notamment par des changements de mode de vie, des dispositifs, des médicaments sur ordonnance et des remèdes maison. Il peut être nécessaire de combiner tous ces moyens pour réduire les sensations dans les jambes et obtenir une bonne nuit de sommeil. En général, les médicaments ne sont prescrits qu’en cas de SJSR grave, lorsque les options non médicamenteuses n’ont pas fonctionné.

Il existe 4 médicaments sur ordonnance approuvés par la FDA pour le SJSR. Cependant, de nombreux autres médicaments peuvent être prescrits de manière non indiquée pour le SJSR. Cela signifie que le somnifère pour SJSR a été créé dans un but différent mais qu’il peut aider à soulager certains symptômes d’un autre problème de santé. Les médicaments prescrits pour le SJSR comprennent :

  • Des anti-convulsivants tels que la gabapentine enacarbil (également appelés ligands du canal calcique alpha-2-delta)
  • Agents dopaminergiques tels que le pramipexole, le ropinirole, la rotigotine
  • Lévodopa/carbidopa
  • Opioïdes

Somnifère pour SJSR – Foire Aux Questions (FAQ)

Quels sont les effets secondaires possibles des benzodiazépines ?

Les effets secondaires les plus courants des benzodiazépines sont :

  • Somnolence ou somnolence pendant la journée
  • insomnie de rebond (difficulté à dormir la nuit suivante après avoir pris le médicament).

À fortes doses, ces médicaments peuvent affecter l’équilibre et la coordination, ce qui peut provoquer des accidents et des chutes. Des doses plus élevées peuvent également avoir un impact sur la mémoire et la concentration, en particulier chez les personnes âgées. C’est pourquoi on peut éviter d’utiliser les benzodiazépines chez les patients âgés. Une tolérance peut se développer après une utilisation à long terme, ce qui peut conduire à un abus.

Ce ne sont pas tous les effets secondaires possibles des benzodiazépines. Parlez à votre médecin de ce à quoi vous devez vous attendre ou si vous constatez des changements qui vous préoccupent pendant le traitement aux benzodiazépines.

Les bananes aident-elles à traiter le syndrome des jambes sans repos ?

Les bananes n’aident pas à traiter le syndrome des jambes sans repos ni à en soulager les symptômes.

Comment puis-je obtenir un soulagement immédiat du syndrome des jambes sans repos ?

Une fois les symptômes apparus, les personnes atteintes du SJSR peuvent généralement les réduire immédiatement en bougeant ou en étirant leurs jambes. Les personnes présentant des symptômes légers du SJSR peuvent également être soulagées par des analgésiques en vente libre tels que l’ibuprofène ou l’acétaminophène.

Comment dormir avec des jambes sans repos ?

Pour améliorer leur sommeil, les personnes atteintes du syndrome des jambes sans repos doivent apporter quelques changements à leur mode de vie, notamment en évitant l’alcool, la nicotine et la caféine, en adoptant une meilleure hygiène du sommeil, en se relaxant avant de se coucher avec un bain chaud ou des étirements, en faisant de l’exercice modéré tous les jours et en se faisant masser les jambes. 

Les personnes souffrant de SJSR sévère auront besoin de médicaments sur ordonnance pour réduire suffisamment les symptômes afin de pouvoir dormir.

Comment tester le syndrome des jambes sans repos ?

Il n’existe pas de tests spécifiques pour le syndrome des jambes sans repos. Les prestataires de soins de santé utiliseront des tests, tels que des analyses de sang ou des tests de conduction nerveuse, pour exclure d’autres pathologies ou trouver une cause possible.

De quoi les jambes sans repos sont-elles le signe ?

Le syndrome des jambes sans repos peut être causé par d’autres affections qui, lorsqu’elles sont traitées avec succès, peuvent faire disparaître complètement le SJSR. Il s’agit notamment de la carence en fer, de la carence en folates, de la carence en magnésium, de l’anémie, de la grossesse, de la neuropathie, du diabète, de la fibromyalgie, de l’amyloïdose, de la maladie cœliaque, de l’insuffisance veineuse et de la maladie rénale terminale.

Qu’est-ce qui déclenche le syndrome des jambes sans repos ?

Les symptômes du SJSR sont généralement déclenchés par l’inactivité, soit en s’allongeant pour dormir la nuit, soit en restant assis pendant une longue période, par exemple en regardant la télévision ou en conduisant.

Quel est le meilleur remède maison pour le syndrome des jambes sans repos ?

Les changements de mode de vie sont un élément clé du traitement du SJSR. Parmi les remèdes maison recommandés, le plus efficace consiste à éliminer les habitudes qui aggravent les symptômes. Il s’agit notamment d’éviter la caféine ou l’alcool, les produits contenant de la nicotine et l’utilisation de certains antihistaminiques. D’autres remèdes, comme l’exercice, les massages et le maintien d’une bonne hygiène de sommeil, peuvent aider certaines personnes, mais pas toutes.

Quel est le meilleur somnifère pour SJSR en vente ?

Les personnes souffrant de SJSR léger peuvent soulager les symptômes du SJSR avec des analgésiques en vente libre comme l’aspirine, l’ibuprofène ou l’acétaminophène.

Quels sont les médicaments qui aggravent le syndrome des jambes sans repos ?

De nombreux types de médicaments provoquent le syndrome des jambes sans repos ou en aggravent les symptômes. Dans certains cas, l’arrêt du médicament suffit souvent à faire disparaître complètement les symptômes du SJSR. Ces médicaments comprennent :

  • les antihistaminiques (en particulier la diphénhydramine)
  • Les antidépresseurs tricycliques
  • ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine comme le Prozac)
  • Les médicaments antipsychotiques
  • Certains types de médicaments anti-nauséeux (dompéridone ou métoclopramide)

Quels sont les aliments qui déclenchent des impatiences dans les jambes ?

Il n’existe aucune preuve scientifique que les aliments déclenchent le syndrome des jambes sans repos. La caféine et l’alcool peuvent rendre les symptômes à la fois plus probables et plus sévères, et certaines personnes atteintes du SJSR rapportent que le sucre a le même effet. 

Les prestataires de soins de santé conseillent aux patients d’éviter ces substances. Sinon, les symptômes du SJSR sont déclenchés par plusieurs minutes d’inactivité, par exemple en position assise ou couchée.

Dans quel cas LEPTICURE est-il prescrit ? 

Il est utile pour les personnes souffrant de la maladie de parkinson. 

Lire plus

Photo of author
E. Labidi est redactrice santé depuis 10 ans.