Anesthésique général : Tout ce que vous devez savoir sur ce traitement de narcolepsie

Savez-vous que l’anesthésique général utilisé pour vous endormir et vous maintenir endormi lors d’une intervention chirurgicale ou d’autres procédures médicales peut traiter votre narcolepsie ? Oui ! Voyons comment ce médicament nous aide à mieux dormir.

Anesthésique général : Indications et description

L’anesthésie générale est un traitement par certains médicaments qui vous plonge dans un sommeil profond afin que vous ne ressentiez pas la douleur pendant l’opération. Après avoir reçu ces médicaments, vous ne serez pas conscient de ce qui se passe autour de vous.

La plupart du temps, c’est un médecin appelé anesthésiste qui vous administrera l’anesthésie. Parfois, c’est un infirmier anesthésiste certifié et agréé qui s’occupera de vous.

L’anesthésique général est administré dans votre veine. On peut vous demander de respirer (inhaler) un gaz spécial à travers un masque. Une fois que vous serez endormi, le médecin pourra insérer un tube dans votre trachée pour vous aider à respirer et protéger vos poumons.

Vous serez surveillé de très près pendant votre sommeil. Votre tension artérielle, votre pouls et votre respiration seront surveillés. Le prestataire de soins qui s’occupe de vous peut modifier la profondeur de votre sommeil pendant l’opération.

Grâce à ce médicament, vous ne bougerez pas, ne ressentirez aucune douleur et n’aurez aucun souvenir de l’intervention

Comment l’anesthésie affecte-t-elle les personnes vivant avec un trouble du sommeil et une narcolepsie ?

Il n’existe pas beaucoup d’études sur les effets de l’anesthésie sur les personnes souffrant de troubles du sommeil ou de narcolepsie. La plupart des recherches sont basées sur des études de cas, avec des rapports écrits sur les expériences d’une ou de quelques personnes. Il existe également quelques petites études.

Les experts souhaitent avant tout savoir si l’anesthésie aggrave les symptômes de la narcolepsie. Ils aimeraient également en savoir plus sur la façon dont ces troubles affectent le réveil après une anesthésie.

Existe-t-il des effets secondaires ?

Une étude de 2018 s’est penchée sur des personnes vivant avec le syndrome des jambes sans repos et la narcolepsie. Ils ont constaté que les participants à l’étude avaient effectivement des effets secondaires. Ils avaient l’impression que leurs symptômes s’aggravaient après la chirurgie. La plainte la plus courante était la difficulté à se réveiller le matin. Ce phénomène est parfois appelé “inertie du sommeil “.

Une autre étude de cas a donné des résultats légèrement différents. L’étude de cas se concentrait sur une femme de 55 ans vivant avec une narcolepsie. Elle n’a signalé aucun changement dans ses symptômes peu de temps après l’intervention ou 4 semaines après celle-ci. Les chercheurs craignaient également que l’anesthésique général ne soit pas aussi efficace chez les personnes vivant avec des troubles d’hypersomnolence. Cependant, la femme de l’étude de cas n’a signalé aucun problème lié à l’anesthésie pendant l’intervention.

Cette recherche est très précoce, et il n’y a pas beaucoup d’écrits sur ce sujet. Il est très important que d’autres études soient menées pour comprendre réellement le lien entre l’anesthésique général et la narcolepsie.

Que puis-je faire pour me préparer à l’opération ?

Que puis-je faire pour me préparer à l'opération ?

Bien qu’il reste encore beaucoup à apprendre sur les effets de l’anesthésie et la narcolepsie, il existe des moyens de se préparer à une intervention chirurgicale. Il se peut que votre médecin ou votre anesthésiste n’ait pas une grande expérience de votre trouble. La chose la plus importante que vous puissiez faire est de parler avec votre équipe soignante dès que vous apprenez que vous pourriez avoir besoin d’une intervention chirurgicale. Cela peut vous aider à créer une relation avec eux. Cela donne également à votre équipe soignante suffisamment de temps pour planifier votre intervention.

Lorsque vous rencontrez votre anesthésiste, discutez des médicaments que vous prenez et de vos symptômes. Les médicaments contre l’hypertension et la narcolepsie peuvent interférer avec certains médicaments anesthésiques, il est donc important que votre équipe soignante soit au courant de vos médicaments. Il est également important qu’ils comprennent vos symptômes. Cela les aidera à vous surveiller avant, pendant et après l’opération.

Parlez de vos médicaments avec votre médecin. Dans la plupart des cas, il est recommandé de les prendre le plus longtemps possible avant l’opération. Cependant, votre médecin peut vous recommander quelque chose de différent. Apportez les médicaments avec vous à l’hôpital. Tous les hôpitaux n’ont pas forcément les médicaments que vous prenez, ce qui vous permettra de ne manquer aucune dose.

Avant d’être autorisé à rentrer chez vous, parlez à nouveau avec vos médecins. Il se peut que vous soyez renvoyé chez vous avec de nouveaux médicaments pendant votre convalescence. Discutez avec votre équipe soignante de ce à quoi vous devez vous attendre. 

Certains médicaments comme les opiacés peuvent avoir des effets secondaires comme la somnolence ou une respiration très lente. Ils peuvent aggraver vos symptômes, et vous voudrez peut-être discuter avec votre médecin des autres options médicamenteuses.

Il est très important de défendre vos intérêts. Votre équipe de soins est là pour travailler avec vous afin que vous soyez en aussi bonne santé que possible. 

Communiquer tôt et souvent peut vous aider à recevoir les meilleurs soins possibles.

Anesthésique général – Foire Aux Questions (FAQ)

Dormez-vous pendant une anesthésie générale ?

L’anesthésie générale est un état d’inconscience contrôlée. Au cours d’une anesthésie générale, des médicaments sont utilisés pour vous endormir, de sorte que vous n’avez pas conscience de l’opération et que vous ne bougez pas et ne ressentez pas de douleur pendant son déroulement.

Combien de temps dormez-vous sous anesthésie générale ?

Les effets d’un anesthésique général peuvent durer 24 heures, ou plus longtemps si vous avez subi une opération importante. 

Qu’est-ce que cela fait de s’endormir sous anesthésie ?

Attendez-vous à être endormi pendant une heure environ. Certaines personnes ont mal au ventre, ont froid, sont confuses ou ont peur lorsqu’elles se réveillent. Elles peuvent avoir mal à la gorge à cause du tube respiratoire. Une fois que vous êtes complètement réveillé et que la douleur est maîtrisée, vous pouvez partir.

Comment vous réveille-t-on après une anesthésie générale ?

L’anesthésiste inverse les médicaments pour vous réveiller. Vous vous réveillerez lentement, soit dans la salle d’opération, soit dans la salle de réveil. Vous vous sentirez probablement groggy et un peu confus lors de votre premier réveil.

S’arrête-t-on de respirer pendant l’anesthésie générale ? 

Non. Une fois que vous êtes inconscient, votre anesthésiste place un tube respiratoire dans votre bouche et votre nez pour s’assurer que vous respirez correctement pendant l’intervention.

Pourquoi une personne ne se réveille-t-elle pas après une sédation ?

Une absence de réaction persistante après l’arrêt de la sédation peut être due à de multiples causes, notamment des complications métaboliques, une septicémie en cours, une épilepsie, une encéphalite, une anoxie cérébrale ou un accident vasculaire cérébral.

Pourquoi utilise-t-on des sédatifs en soins intensifs ?

Lorsqu’un patient est très malade, son corps peut avoir du mal à faire face à la gravité de sa maladie ou à certaines des choses que nous devons faire pour la traiter. Le fait d’être relié à un ventilateur ou à un appareil respiratoire par un tube respiratoire peut être très inconfortable, par exemple, tout comme l’insertion de divers tubes ou lignes, ou la récupération après une opération.

Pourquoi certains patients sont-ils plus endormis que d’autres ?

Les patients sont généralement plus fortement sédatés ou endormis au cours des premiers jours de leur séjour aux soins intensifs et peuvent, en fait, être inconscients. Cela permet d’assurer leur confort pendant que les spécialistes stabilisent leur état. (Le fait d’être inconscient peut aussi être dû à la gravité ou au type du trouble). 

Certains patients restent endormis, même s’ils n’ont pas reçu de médicaments sédatifs depuis plusieurs jours. Cela peut se produire pour plusieurs raisons, notamment la vitesse à laquelle le corps est capable d’éliminer ces médicaments de son système.

Les personnes qui subissent un anesthésique général peuvent-ils entendre lorsqu’ils sont très endormis ?

Il est possible que les patients entendent et ressentent ce qui se passe autour d’eux, même s’ils sont apparemment inconscients, mais ils peuvent être trop endormis pour répondre lorsque nous leur parlons ou leur tenons la main. C’est la raison pour laquelle les infirmières expliquent au patient tout ce qu’elles font et pourquoi.

Comment les patients sont-ils réveillés ?

Il est important de noter que les recherches montrent que moins les spécialistes utilisent de médicaments sédatifs en soins intensifs, mieux c’est. Si les patients sont un peu plus “éveillés”, il est plus facile de réduire l’assistance dont ils ont besoin grâce au ventilateur ou à la machine à respirer, ils peuvent retirer le tube respiratoire plus rapidement et ils passent moins de temps aux soins intensifs. Ils risquent également moins de développer une infection thoracique ou une pneumonie.

Cependant, il peut parfois être difficile de trouver un équilibre entre le besoin de confort et de sécurité et la nécessité de réduire la quantité de sédatifs administrés aux patients.Afin de maintenir cet équilibre en toute sécurité, le personnel infirmier évalue régulièrement le degré d’éveil du patient en effectuant divers tests. Ils commencent généralement à réduire la quantité de sédation lorsque l’état du patient s’est stabilisé.

Pourquoi certains patients sont-ils anxieux et confus lorsque leur sédation est réduite ?

Les patients peuvent réagir différemment lorsqu’ils commencent à être plus conscients de leur environnement. Certains patients restent calmes tandis que d’autres peuvent devenir confus, anxieux et agités. Nombre d’entre eux font des rêves étranges, sont paranoïaques ou ont des hallucinations (ce que l’on appelle le “délire”) et peuvent devenir agités, agressifs ou tout simplement différents d’eux-mêmes. Les infirmières évaluent régulièrement le délire des patients et peuvent traiter cet état avec d’autres médicaments à action rapide.  

Photo of author
E. Labidi est redactrice santé depuis 10 ans.