Zopiclone Alter : Indications thérapeutiques, dosage et mode d’administration

Toute personne ayant eu des problèmes de sommeil comprend la valeur d’une bonne nuit de repos. En effet, la prise de plusieurs somnifères différents peut rendre le repos plus difficile à long terme. 

Lisez la suite pour en savoir plus sur les effets secondaire de zopiclone alter.

Indications thérapeutiques du Zopiclone Alter

La zopiclone alter est un somnifère utilisé pour traiter les mauvaises crises d’insomnie.

Vous ne pouvez obtenir la zopiclone que sur ordonnance. Elle se présente sous forme de comprimés.

ComposantsMode d’actionOption de traitement
ZopicloneHypnotiqueInsomnie

Dosage et mode d’administration du zopiclone alter

Posologie 

Zopiclone Alter doit être pris en une seule fois et ne doit pas être ré-administré au cours de la même nuit.

Le traitement par Zopiclone Alter doit être aussi court que possible. En général, la durée du traitement varie de quelques jours à deux semaines, avec un maximum de quatre semaines, y compris l’arrêt progressif.

Dans certains cas, une prolongation au-delà de la durée maximale du traitement peut être nécessaire ; si tel est le cas, elle doit avoir lieu après une réévaluation de l’état du patient.

La dose recommandée pour les adultes est de 2 comprimés (7,5 mg de Zopiclone Alter). Cette dose ne doit pas être dépassée. Le comprimé doit être pris juste avant de se coucher.

Bien que l’accumulation de Zopiclone Alter et/ou de ses métabolites n’ait pas été démontrée chez les patients présentant une insuffisance rénale, une dose initiale de 3,75 mg est recommandée chez ces patients.

L’élimination de Zopiclone Alter pouvant être réduite chez les patients présentant un dysfonctionnement hépatique ; une dose plus faible de 3,75 mg de Zopiclone Alter par nuit est recommandée.

Mode d’administration

Zopiclone Alter est uniquement destiné à être utilisé par voie orale.

Il est contre-indiqué chez les patients présentant l’une des caractéristiques suivantes :

Dosage et mode d'administration du zopiclone alter

Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

L’expérience clinique acquise à ce jour suggère que le risque de dépendance est minime lorsque la durée du traitement est limitée à 4 semaines maximum.Cependant, comme pour les benzodiazépines et les autres médicaments apparentés aux benzodiazépines (même à des doses thérapeutiques), il existe un risque de dépendance physique et psychologique ou d’abus. 

Ce risque augmente avec la dose et la durée du traitement et l’utilisation d’alcool ou d’autres psychotropes. Les patients ayant des antécédents d’abus d’alcool et/ou de drogues ou ceux présentant des troubles de la personnalité sont plus exposés au risque de dépendance, ce qui doit être pris en compte lors de la prescription de Zopiclone Alter. 

Si un patient devient dépendant, l’arrêt brutal du traitement peut entraîner des symptômes de sevrage, notamment : anxiété extrême, maux de tête, douleurs musculaires, tension, confusion, agitation et irritabilité. Dans les cas graves, les symptômes peuvent également inclure une dépersonnalisation, une déréalisation, un engourdissement et des picotements des extrémités, une hypersensibilité au bruit, à la lumière et au contact physique, des hallucinations ou des crises d’épilepsie.

Troubles liés à la dépendance au zopiclone alter

Troubles du système immunitaire
Rare : Réactions allergiques, y compris réactions cutanées

Très rare : Réactions anaphylactiques et/ou angioedème






Troubles psychiatriques
Peu fréquents : Cauchemars, agitation

Rare : État confusionnel, émotions engourdies, irritabilité, agressivité, hallucinations, psychoses, troubles de la libido.

Non connus : Dépendance, agitation, délire, colère, humeur dépressive, somnambulisme et autres comportements anormaux (éventuellement associés à une amnésie).







Troubles du système nerveux
Fréquents : Somnolence (résiduelle) pendant la journée suivante, vigilance réduite, dysgueusie (goût amer).

Peu fréquents : Maux de tête, vertiges

Rares : Amnésie antérograde
Non connu : Ataxie (prédominant au début du traitement et disparaissant généralement lors d’administrations répétées), paresthésie, troubles cognitifs tels que des troubles de la mémoire.
Troubles oculairesIndéterminé : Diplopie (prédominante au début du traitement et disparaissant généralement en cas d’administration répétée).
Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinauxRares : dyspnée
Indéterminée : dépression respiratoire


Troubles gastro-intestinaux
Fréquents : Sécheresse de la bouche
Peu fréquent : Nausées, vomissements
Non connu : Dyspepsie
Troubles de la peau et du tissu sous-cutanéRare : Urticaire ou éruption cutanée, prurit
Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctifNon connus : Faiblesse musculaire



Troubles généraux et anomalies au site d’administration
Peu fréquent : Fatigue
Indéterminé : Étourdissement, incoordination
Très rare : Augmentations légères à modérées des transaminases sériques et/ou de la phosphatase alcaline.
Blessure, empoisonnement et complications procéduralesRare : Chute (principalement chez les patients âgés)

Zopiclone alter – Foire Aux Questions (FAQ)

Quels sont les signes d’overdose de zopiclone alter ?

Dans les cas légers, les symptômes comprennent la somnolence, la confusion et la léthargie ; dans les cas plus graves, les symptômes peuvent comprendre l’ataxie, l’hypotonie, l’hypotension, la méthémoglobinémie, la dépression respiratoire et le coma. 

Les effets du surdosage peuvent être amplifiés en cas d’association avec de l’alcool ou d’autres dépresseurs du SNC et, dans les cas graves, peuvent mettre la vie en danger. 

D’autres facteurs de risque, tels que la présence d’une maladie concomitante et l’état d’affaiblissement du patient, peuvent contribuer à la gravité des symptômes et peuvent très rarement entraîner une issue fatale.

Comment se fait la prise en charge d’une overdose de zopiclone alter ?

Le traitement du surdosage doit être symptomatique et de soutien, en accordant une attention particulière aux fonctions respiratoires et cardiaques. Il est conseillé d’envisager l’administration de charbon actif si un adulte a ingéré plus de 150 mg ou un enfant plus de 1,5 mg/kg en une heure. 

Alternativement, il faut envisager un lavage gastrique chez les adultes dans l’heure qui suit un surdosage potentiellement mortel. Si la dépression du SNC est sévère, envisagez l’utilisation du flumazénil. Ce dernier a une demi-vie courte. Il ne doit pas être utilisé en cas de surdosage mixte ou comme test de diagnostic.

L’hémodialyse est-il efficace en cas de surdosage de zopiclone alter ?

L’hémodialyse n’a aucun effet thérapeutique en cas de surdosage de Zopiclone Alter.

References :

Les liens ci dessous mènent vers les pages que nous avons utilisées comme sources pour développer notre recherche et bien rédiger le contenu de notre article
PS : Il est possible que les urls changent ou deviennent introuvables. Il est donc préférable de passer par une recherche via les moteurs de recherche

Photo of author
E. Labidi est redactrice santé depuis 10 ans.