Adartrel : Indications, posologie et effets secondaires

Avez-vous de sérieux problèmes de sommeil ? Vous avez l’impression de ne pas dormir suffisamment chaque nuit parce que la maladie parkinsonienne vous dérange ? La qualité du sommeil que vous obtenez n’est pas celle dont vous avez besoin pour faire face à vos journées chargées ? Le SJSR provoque-t-il de l’insomnie ? Cela peut être très frustrant, tout en affectant votre humeur et votre qualité de vie. Voyons ce que l’Adartrel peut faire pour vous aider.

Qu’est-ce qu’Adartrel ?

Le principe actif d’Adartrel est le ropinirole, qui appartient à un type de médicament connu sous le nom d’agonistes de la dopamine. Il agit, entre autres, sur le contrôle des muscles par le cerveau et peut donc contribuer à soulager les symptômes causés par le syndrome des jambes sans repos et la maladie de Parkinson. 

A quoi sert Adartrel ?

Adartrel est utilisé pour traiter le SJSR. Comme son nom l’indique, le syndrome des jambes sans repos provoque des jambes sans repos : des démangeaisons, des picotements ou des douleurs dans les jambes et une envie incontrôlable de les bouger. 

Le syndrome des jambes sans repos n’est pas une affection grave, mais il incommode les personnes qui en souffrent en raison de la difficulté à rester assis ou à dormir. Adartrel réduit ces sensations désagréables dans les jambes. L’envie de bouger les jambes diminue et vous pouvez mieux dormir. 

Les médecins prescrivent Adartrel pour traiter la maladie de Parkinson, éventuellement en association avec d’autres médicaments.

Posologie et mode d’administration

Voie orale

Adultes

Une adaptation individuelle de la dose en fonction de l’efficacité et de la tolérance est recommandée. L’Adartrel doit être pris juste avant le coucher, cependant la dose peut être prise jusqu’à 3 heures avant le coucher. 

Ce somnifère peut être pris avec de la nourriture, afin d’améliorer la tolérance gastro-intestinale.

Initiation du traitement (semaine 1)

La dose initiale recommandée est de 0,25 mg une fois par jour (administrée pendant 2 jours). Si cette dose est bien tolérée, la dose doit être augmentée à 0,5 mg une fois par jour pendant le reste de la semaine 1.

Régime thérapeutique (à partir de la semaine 2)

Après l’initiation du traitement, la dose quotidienne doit être augmentée jusqu’à l’obtention d’une réponse thérapeutique optimale. La dose moyenne dans les essais cliniques, chez les patients présentant un syndrome des jambes sans repos modéré à sévère, était de 2 mg une fois par jour.

La dose peut être augmentée à 1 mg une fois par jour à la deuxième semaine. La dose peut ensuite être augmentée de 0,5 mg par semaine au cours des deux semaines suivantes pour atteindre une dose de 2 mg une fois par jour. Chez certains patients, pour obtenir une amélioration optimale, la dose peut être augmentée progressivement jusqu’à un maximum de 4 mg une fois par jour. 

Dans les essais cliniques, la dose a été augmentée de 0,5 mg chaque semaine jusqu’à 3 mg une fois par jour, puis de 1 mg jusqu’à la dose maximale recommandée de 4 mg une fois par jour.

Les doses supérieures à 4 mg une fois par jour n’ont pas été étudiées chez les patients atteints du syndrome des jambes sans repos.

Pour obtenir une amélioration optimale chez certains patients.

L’efficacité du traitement par ropinirole n’a pas été démontrée au-delà de 12 semaines. La réponse du patient doit être évaluée après 12 semaines de traitement et la nécessité de poursuivre le traitement doit être reconsidérée. Si le traitement est interrompu pendant plus de quelques jours, il doit être ré-initié en ajustant la dose.

Lors du passage du traitement d’un autre agoniste dopaminergique au ropinirole, les conseils du titulaire de l’autorisation de mise sur le marché concernant l’arrêt du traitement doivent être suivis avant d’initier le ropinirole.

Comme pour les autres agonistes dopaminergiques, il est nécessaire d’arrêter progressivement le traitement par l’Adartrel en réduisant la dose quotidienne sur une période d’une semaine.

Enfants et adolescents

Adartrel n’est pas recommandé chez les enfants âgés de moins de 18 ans en raison d’un manque de données sur la sécurité et l’efficacité.

Personnes âgées

Adartrel

La clairance du ropinirole est diminuée d’environ 15% chez les patients âgés de 65 ans ou plus. Bien qu’un ajustement de la dose ne soit pas nécessaire, la dose de ropinirole doit être ajustée individuellement, avec une surveillance attentive de la tolérance, pour obtenir une réponse clinique optimale.

Insuffisance rénale

Aucune adaptation posologique n’est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (clairance de la créatinine comprise entre 30 et 50 ml/min).

Une étude sur l’utilisation d’Adartrel chez les patients atteints d’insuffisance rénale terminale (patients sous hémodialyse) a montré qu’un ajustement de la dose chez ces patients est nécessaire comme suit : la dose initiale recommandée d’Adartrel est de 0,25 mg une fois par jour. 

L’utilisation du ropinirole chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère sans hémodialyse régulière n’a pas été étudiée

Adartrel 0.25, 0.50 mg Avis, danger – Foire Aux Questions (FAQ)

Quelles sont les options de mise en garde spéciales d’Adartrel ?

L’Adartrel ne doit pas être utilisé pour traiter l’akathisie des neuroleptiques, la tasikinésie (tendance compulsive à marcher induite par les neuroleptiques), ou le syndrome des jambes sans repos secondaire (par exemple causé par une insuffisance rénale, une anémie ferriprive ou une grossesse).

Une aggravation paradoxale des symptômes du syndrome des jambes sans repos, décrite comme une augmentation (soit un début plus précoce, une intensité accrue ou une extension des symptômes à des membres précédemment non affectés), ou un rebond matinal (réapparition des symptômes aux premières heures du matin), a été observée pendant le traitement par l’Adartrel. 

Si cela se produit, l’adéquation du traitement par le ropinirole doit être revue et une adaptation de la posologie ou un arrêt du traitement peut être envisagé.

Adartrel provoque-t-il une somnolence ?

Dans la maladie de Parkinson, le ropinirole a été associé de façon peu fréquente à une somnolence et à des épisodes d’endormissement soudain. Cependant, dans le syndrome des jambes sans repos, ce phénomène est très rare. Néanmoins, les patients doivent être informés de ce phénomène et conseillés de faire preuve de prudence lorsqu’ils conduisent ou utilisent des machines pendant le traitement par le ropinirole. 

Les patients ayant présenté une somnolence et/ou un épisode d’endormissement soudain doivent s’abstenir de conduire ou d’utiliser des machines. Une réduction de la posologie ou l’arrêt du traitement peuvent être envisagés.

Comment augmenter sa dose d’adartrel en cas d’insuffisance rénal ?

Les augmentations ultérieures de la dose doivent être basées sur la tolérance et l’efficacité. La dose maximale recommandée d’Adartrel est de 3 mg/jour chez les patients sous hémodialyse régulière. Des doses supplémentaires après hémodialyse ne sont pas nécessaires.

Photo of author
E. Labidi est redactrice santé depuis 10 ans.