Hypnotiques apparentés aux benzodiazépines : Comment fonctionnent-ils

La fréquence des perturbations du sommeil et le degré auquel l’insomnie affecte de manière significative le fonctionnement diurne déterminent la nécessité d’une évaluation et d’un traitement. 

Plusieurs spécialistes confirment que l’utilisation systématique des hypnotiques apparentés aux benzodiazépines doit être découragée. Nous allons voir dans cet article s’ils ont tort et dans quelles mesures vous pouvez utiliser ces somnifères.

Comment fonctionnent les hypnotiques apparentés aux benzodiazépines ?

Les hypnotiques apparentés aux benzodiazépines sont des médicaments destinés à l’induction et au maintien du sommeil chez les personnes souffrant d’insomnie. Les sédatifs induisent la sédation en déprimant le système nerveux central (SNC), en particulier le cortex sensoriel du cerveau, qui est responsable du traitement des entrées sensorielles du corps, comme le toucher, la douleur et la température.

Les hypnotiques apparentés aux benzodiazépines dépriment le système limbique du cerveau, qui régule les réponses émotionnelles et comportementales, et la formation réticulaire qui régule le sommeil et la conscience. Ces somnifères pour insomnie produisent une sédation en augmentant l’activité de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA) , un neurotransmetteur qui inhibe l’activité électrique dans le cerveau .

Les neurotransmetteurs sont des substances chimiques que les cellules nerveuses (neurones) libèrent pour transmettre les signaux nerveux. Les neurotransmetteurs se lient à des types spécifiques de récepteurs, qui sont des molécules de protéines sur les membranes neuronales et qui déclenchent une action dans la cellule lorsqu’ils sont stimulés par le neurotransmetteur.

On pense que les hypnotiques apparentés aux benzodiazépines renforcent les effets du GABA en se liant aux récepteurs GABA-A et en ouvrant les canaux chlorure de la membrane neuronale. Lorsque les ions chlorure pénètrent dans le neurone, ils modifient la polarité électrique à l’intérieur du neurone et réduisent son excitabilité aux impulsions nerveuses.

Certains des hypnotiques sont des barbituriques, une autre classe de médicaments qui agissent également en renforçant l’activité du GABA. Les barbituriques sont surtout utilisés en milieu clinique pour la sédation et ne sont plus couramment prescrits en raison de leur fort potentiel de dépendance, de surdose et d’utilisation comme drogues illicites dans la rue.

Comment utilise-t-on des hypnotiques apparentés aux benzodiazépines ?

Les hypnotiques apparentés aux benzodiazépines peuvent être administrés par les voies suivantes :

  • Orale : Comprimés, capsules, caplets, comprimés sublinguaux placés sous la langue et vaporisateurs oraux.
  • Injections : Intraveineuse (IV) et intramusculaire (IM).

Les utilisations des hypnotiques apparentés aux benzodiazépines comprennent :

Quels sont les effets secondaires des hypnotiques apparentés aux benzodiazépines ?

Les effets secondaires des hypnotiques apparentés aux benzodiazépines peuvent être les suivants :

  • Somnolence
  • Maux de tête
  • Asthénie (faiblesse)
  • Faiblesse neuromusculaire et squelettique
  • Ataxie (troubles de la coordination, de l’équilibre et de la parole)
  • Étourdissements
  • Léthargie
  • Étourdissement
  • Sédation 
  • Fatigue
  • Gueule de bois
  • Vertiges
  • Dysgueusie (trouble du goût)
  • Diarrhée
  • Nausées
  • Vomissements
  • Douleurs abdominales
  • Dyspepsie (indigestion)
  • Constipation
  • Anorexie (perte d’appétit)
  • Colite (inflammation du côlon)
  • Xérostomie (sécheresse de la bouche)
  • Confusion
  • Euphorie
  • Nervosité
  • Anxiété
  • Agitation
  • Hallucinations
  • Troubles du sommeil
  • Troubles du sommeil nocturne dans le syndrome de Smith-Magenis
  • Rêves et cauchemars anormaux

Hypnotiques apparentés aux benzodiazépines – Foire Aux Questions (FAQ)

Quels sont les noms de certains hypnotiques apparentés aux benzodiazépines ?

Les noms génériques et de marque des médicaments sédatifs/hypnotiques comprennent :

  • Advil PM
  • Ambien
  • Ambien CR
  • amobarbital 
  • Belsomra
  • butabarbital 
  • hydrate de chloral 
  • diphénhydramine/ibuprofène
  • Doral
  • doxylamine
  • Edluar
  • estazolam
  • eszopiclone
  • flurazépam
  • Halcion
  • Hetlioz
  • Hetlioz LQ
  • Intermezzo
  • Lunesta
  • Nembutal
  • pentobarbital
  • quazépam
  • ramelteon
  • Restoril
  • Rozerem
  • sécobarbital 
  • Seconal 
  • Sonata
  • suvorexant
  • tasimelteon
  • témazépam

Quels sont les sédatifs-hypnotiques les plus couramment prescrits ?

Hypnotiques apparentés

Il existe deux principaux types de sédatifs-hypnotiques : les benzodiazépines et les médicaments de la classe Z. 

Les benzodiazépines courantes comprennent le Xanax (alprazolam), le Librium (chlordiazépoxide), le Valium (diazépam) et l’Ativan (lorazépam). Les médicaments Z courants comprennent Ambien (zolpidem), Lunesta (eszopiclone) et Sonata (zaleplon). Ils sont souvent prescrits aux patients souffrant d’anxiété et de troubles du sommeil.

Ces hypnotiques sont-ils un bon choix pour les personnes âgées souffrant d’anxiété ou d’insomnie ?

Des études suggèrent qu’ils ne le sont pas. Elles révèlent que les personnes qui prennent des benzodiazépines et des médicaments de type Z sont cinq fois plus susceptibles d’avoir des problèmes de mémoire, quatre fois plus susceptibles de se sentir somnolentes pendant la journée, deux fois plus susceptibles de faire des chutes et de subir des fractures (comme des fractures de la hanche), et deux fois plus susceptibles d’avoir un accident de la route. 

Ces effets secondaires peuvent entraîner des hospitalisations et des décès chez les personnes âgées. Les recherches suggèrent que les médicaments de type Z ne constituent pas une alternative plus sûre pour les personnes âgées.

Les médicaments restent plus longtemps dans l’organisme avec le vieillissement et sont plus susceptibles de provoquer des effets secondaires nocifs. Les benzodiazépines et les médicaments de la classe Z créent également une forte dépendance. Le corps s’habitue à eux avec le temps, ce qui fait qu’ils cessent d’agir.

Pour ces raisons, les benzodiazépines et les médicaments de la classe Z doivent être évités par les patients âgés, sauf dans de rares cas.

Existe-t-il des alternatives non médicamenteuses pour aider les personnes âgées à dormir ?

Il existe un certain nombre d’approches efficaces et non médicamenteuses pour améliorer le sommeil, notamment éviter la caféine, faire de l’exercice et maintenir une routine saine à l’heure du coucher.

Existe-t-il des solutions de rechange non médicamenteuses qui peuvent aider à prévenir ou à traiter l’anxiété ?

Oui, il existe un certain nombre de solutions de rechange. Faire de l’exercice régulièrement peut être très utile. Un type de thérapie par la parole appelé thérapie cognitivo-comportementale est également très efficace pour traiter les troubles anxieux.

Peut-on arrêter de prendre des benzodiazépines et des médicaments de la classe Z par soi-même ? 

Veuillez consulter votre médecin, votre infirmière ou votre pharmacien avant d’arrêter de prendre ces médicaments. Il est important de réduire la dose progressivement car l’arrêt brutal de ces médicaments peut provoquer des effets de sevrage désagréables.

Photo of author
E. Labidi est redactrice santé depuis 10 ans.