Nuctalon : Tout ce que vous devez savoir

À quoi sert le Nuctalon et comment fonctionne-t-il ? Vous voulez répondre à cette question pour vous informer au mieux sur ce somnifère ? Vous êtes au bon endroit ! Vous trouverez tous les détails utiles dans cet article.

Qu’est-ce que le nuctalon ?

Le Nuctalon fait partie d’un groupe de médicaments appelés benzodiazépines. Il agit sur les substances chimiques du cerveau qui peuvent être déséquilibrées et causer des problèmes de sommeil (insomnie).

Nuctalon est utilisé pour traiter les symptômes de l’insomnie, comme la difficulté à s’endormir ou à rester endormi.

Ce somnifère pour sommeil peut également être utilisé à d’autres fins que celles mentionnées dans ce guide des médicaments.

Indications du nuctalon 

Nuctalon est indiqué pour la gestion à court terme de l’insomnie caractérisée par une difficulté d’endormissement, des réveils nocturnes fréquents et/ou des réveils matinaux. Des études réalisées en consultation externe et une étude en laboratoire du sommeil ont montré que Nuctalon administré au coucher améliorait l’induction et le maintien du sommeil.

L’insomnie étant souvent passagère et intermittente, l’administration prolongée de Nuctalon n’est généralement ni nécessaire ni recommandée. L’insomnie pouvant être le symptôme de plusieurs autres troubles, il convient d’envisager la possibilité que la plainte soit liée à une affection pour laquelle il existe un traitement plus spécifique.

Des données probantes appuient la capacité de Nuctalon à améliorer la durée et la qualité du sommeil pour des intervalles allant jusqu’à 12 semaines.

Comment doit-on utiliser Nuctalon ?

Utilisez Nuctalon comme indiqué par votre médecin. Consultez l’étiquette du médicament pour connaître la posologie exacte.

Quels sont les autres médicaments qui peuvent affecter Nuctalon ?

Si Nuctalon est administré de façon concomitante avec d’autres médicaments agissant sur le système nerveux central, une attention particulière doit être portée à la pharmacologie de tous les agents. L’action des benzodiazépines peut être potentialisée par les anticonvulsivants, les antihistaminiques, l’alcool, les barbituriques, les inhibiteurs de la monoamine oxydase, les narcotiques, les phénothiazines, les médicaments psychotropes ou d’autres médicaments qui produisent une dépression du SNC. 

Interaction du Nuctalon avec des médicaments qui inhibent le métabolisme 

Le métabolisme du Nuctalon en son principal métabolite circulant, le 4-hydroxy-Nuctalon, et le métabolisme d’autres triazolobenzodiazépines sont catalysés par le CYP3A. Par conséquent, le Nuctalon doit être évité chez les patients recevant du kétoconazole et de l’itraconazole, qui sont des inhibiteurs très puissants du CYP3A. 

Avec les médicaments inhibant le CYP3A à un degré moindre, mais néanmoins significatif, Nuctalon ne doit être utilisé qu’avec prudence et en envisageant une réduction appropriée de la posologie. 

Voici des exemples de médicaments connus pour inhiber le métabolisme d’autres benzodiazépines apparentées, vraisemblablement par l’inhibition du CYP3A : néfazodone, fluvoxamine, cimétidine, diltiazem, isoniazide et certains antibiotiques macrolides.

Interaction médicamenteuse avec la fluoxétine

Une étude à doses multiples a été menée pour évaluer l’effet de la fluoxétine 20 mg BID sur la pharmacocinétique de Nuctalon 2 mg QHS après sept jours. La pharmacocinétique du Nuctalon n’a pas été affectée lors de l’administration de doses multiples de fluoxétine, ce qui suggère l’absence d’interaction pharmacocinétique cliniquement significative.

Interaction du Nuctalon avec d’autres médicaments qui sont métabolisés par le cytochrome P450 

Aux concentrations cliniquement pertinentes, les études in vitro indiquent que Nuctalon (0,6µM) n’était pas inhibiteur vis-à-vis des principales isoformes du cytochrome P450 CYP1A2, CYP2A6, CYP2C9, CYP2C19, CYP2D6, CYP2E1 et CYP3A. Par conséquent, d’après ces données in vitro, il est très peu probable que Nuctalon inhibe la biotransformation d’autres médicaments métabolisés par ces isoformes du CYP.

Quels sont les effets secondaires possibles de Nuctalon ?

Les effets indésirables les plus fréquemment observés associés à l’utilisation de Nuctalon, non observés à une incidence équivalente chez les patients traités par placebo, ont été la somnolence, l’hypokinésie, les vertiges et une coordination anormale.

Nuctalon – Foire Aux Questions (FAQ)

Est-ce que le nuctalon est une benzodiazépine ?

Oui, le nuctalon est une benzodiazépine ayant des propriétés anticonvulsivantes, hypnotiques et myorelaxantes. Il a été démontré dans certains cas qu’elle est plus puissante que le diazépam ou le nitrazépam.

Combien de temps faut-il pour que l’Estazolam fasse effet ?

Lorsque vous commencez à prendre de l’estazolam, vos problèmes de sommeil devraient s’améliorer dans les 7 à 10 jours. Si vos problèmes de sommeil ne s’améliorent pas pendant cette période, s’ils s’aggravent à n’importe quel moment pendant votre traitement, ou si vous constatez des changements étranges dans votre façon de penser ou d’agir, appelez votre médecin.

Pendant combien de temps puis-je prendre de l’estazolam ?

L’estazolam est utilisé pour traiter l’insomnie (troubles du sommeil). Ce médicament est destiné à un usage à court terme seulement, habituellement de 7 à 10 jours.

Quelle est l’efficacité de l’estazolam ?

L’estazolam a diminué de façon significative la latence d’endormissement, les réveils nocturnes et le temps d’éveil après le début du sommeil. La durée totale du sommeil a augmenté en moyenne de 63 minutes la première nuit du traitement.

L’estazolam aide-t-il l’anxiété ?

L’estazolam 2,0 mg est un hypnotique efficace chez les patients souffrant de trouble anxieux généralisé et semble avoir une action anxiolytique favorable.

Quand dois-je prendre l’estazolam ?

L’estazolam se présente sous la forme d’un comprimé à prendre par voie orale. Il est généralement pris au besoin au moment du coucher ou après s’être couché et avoir eu des difficultés à s’endormir. Suivez attentivement les instructions figurant sur l’étiquette de votre ordonnance et demandez à votre médecin ou à votre pharmacien de vous expliquer toute partie que vous ne comprenez pas.

Photo of author
E. Labidi est redactrice santé depuis 10 ans.