Zopiclone Zentiva : Dosage, mode d’administration et risques de dépendance

Pour tous ceux qui ont des problèmes de sommeil, le zopiclone zentiva est souvent recommandé pour obtenir une bonne nuit de repos. Ces pilules sont également pratiques pour les personnes sujettes à se réveiller au milieu de la nuit, car certaines d’entre elles peuvent également les aider à rester endormies.

Cependant, malgré toute l’aide qu’il apporte, il présente un inconvénient majeur : les utilisateurs ont tendance à devenir dépendants de ses effets. 

Ce guide explore les effets du zopiclone zentiva, ainsi que les signes qui peuvent signaler un problème avec cette aide. 

Dosage et mode d’administration du zopiclone zentiva

Zopiclone Zentiva doit être pris en une seule fois. Les médecins insiste que ce somnifère puissant ne doit pas être ré-administré au cours de la même nuit.

Le traitement par Zopiclone Zentiva doit être aussi court que possible. En général, la durée du traitement varie de quelques jours à deux semaines, avec un maximum, y compris l’arrêt progressif, de quatre semaines.

La dose recommandée pour les adultes est de 2 comprimés (7,5 mg de Zopiclone Zentiva). Cette dose ne doit pas être dépassée. Le comprimé doit être pris juste avant de se coucher.

Bien que l’accumulation de Zopiclone Zentiva et/ou de ses métabolites n’ait pas été démontrée chez les patients présentant une insuffisance rénale, une dose initiale de 3,75 mg est recommandée chez ces patients.

L’élimination de Zopiclone Zentiva pouvant être réduite chez les patients présentant un dysfonctionnement hépatique, une dose plus faible de 3,75 mg de Zopiclone Zentiva par nuit est recommandée.

Risque de dépendance au zopiclone zentiva

L’expérience clinique acquise à ce jour suggère que le risque de dépendance est minime lorsque la durée du traitement est limitée à 4 semaines maximum.Toutefois, comme pour les benzodiazépines et les autres médicaments apparentés aux benzodiazépines (même à des doses thérapeutiques), il existe un risque de dépendance physique et psychologique ou d’abus

Ce risque augmente avec la dose et la durée du traitement et l’utilisation d’alcool ou d’autres psychotropes. Les patients ayant des antécédents d’abus d’alcool et/ou de drogues ou ceux présentant des troubles de la personnalité sont plus exposés au risque de dépendance et il convient d’en tenir compte lors de la prescription de Zopiclone Zentiva. 

Si un patient devient dépendant, l’arrêt brutal du traitement peut entraîner des symptômes de sevrage, notamment : anxiété extrême, maux de tête, douleurs musculaires, tension, confusion, agitation et irritabilité. 

Dans les cas graves, les symptômes peuvent également inclure une dépersonnalisation, une déréalisation, un engourdissement et des picotements des extrémités, une hypersensibilité au bruit, à la lumière et au contact physique, des hallucinations ou des crises d’épilepsie.

Les benzodiazépines et les substances apparentées aux benzodiazépines, telles que la Zopiclone Zentiva, ne sont pas recommandées comme traitement principal des psychoses.

Toute cause sous-jacente de l’insomnie doit également être traitée avant le traitement symptomatique afin d’éviter de sous-traiter les effets potentiellement graves de la dépression.

Comme les autres médicaments sédatifs/hypnotiques, Zopiclone Zentiva a des effets dépresseurs sur le SNC ; . Le risque de troubles psychomoteurs, y compris l’altération de la capacité à conduire, est augmenté si : Il est pris dans les 12 heures précédant la réalisation d’activités nécessitant une vigilance mentale, une dose supérieure à la dose recommandée est prise, ou Zopiclone Zentiva est co-administré avec d’autres dépresseurs du SNC, de l’alcool ou avec d’autres médicaments qui augmentent les concentrations sanguines de Zopiclone. 

Risques liés à l’utilisation concomitante d’opioïdes et de benzodiazépines 

L’utilisation concomitante de benzodiazépines, dont Zopiclone Zentiva, et d’opioïdes peut entraîner une sédation, une dépression respiratoire, un coma et le décès. En raison de ces risques, réservez la prescription concomitante d’opioïdes et de benzodiazépines aux patients pour lesquels les autres options thérapeutiques sont inadéquates.

Si la décision est prise de prescrire Zopiclone Zentiva en concomitance avec des opioïdes, prescrire les doses efficaces les plus faibles et les durées minimales d’utilisation concomitante, et suivre attentivement les patients pour détecter les signes et symptômes de dépression respiratoire et de sédation.

Chute (principalement chez les patients âgés)

Un syndrome de sevrage a été rapporté à l’arrêt du traitement par Zopiclone Zentiva. Les symptômes de sevrage varient et peuvent inclure une insomnie de rebond, des douleurs musculaires, de l’anxiété, des tremblements, des sueurs nocturnes, de l’agitation, de la confusion, des céphalées, des palpitations, de la tachycardie, du délire, des cauchemars, des hallucinations, des attaques de panique, des douleurs/crampes musculaires, des troubles gastro-intestinaux et de l’irritabilité. 

Amnésie 

Une amnésie antérograde peut survenir en utilisant des doses thérapeutiques, le risque augmentant à des doses plus élevées. Les effets amnésiques peuvent être associés à un comportement inapproprié.

Dépression 

Une dépression préexistante peut être démasquée lors de l’utilisation de benzodiazépines ou d’agents apparentés aux benzodiazépines.

Réactions psychiatriques et “paradoxales” 

Des réactions telles que l’agitation, l’irritabilité, l’agressivité, le délire, les rages, les cauchemars, les hallucinations, les psychoses, les comportements inappropriés et d’autres effets indésirables sur le comportement sont connus pour se produire lors de l’utilisation de benzodiazépines ou de produits apparentés aux benzodiazépines. Ils sont plus susceptibles de se produire chez les personnes âgées.

Réactions psychiatriques et "paradoxales" 

Zopiclone zentiva – Foire Aux Questions (FAQ)

Le zopiclone zentiva engendre-t-il une somnambulisme ?

Il existe un risque accru de somnambulisme et d’autres comportements associés avec amnésie de l’événement chez les patients qui ont pris Zopiclone Zentiva et qui n’étaient pas complètement éveillés. Il semble qu’il existe un risque accru de ce type de comportement en cas de consommation concomitante d’alcool, d’autres dépresseurs du SNC et d’utilisation de Zopiclone Zentiva à des doses supérieures à la dose maximale recommandée.

Comment distinguer une dépendance au zopiclone zentiva ?

Une dépendance psychologique peut survenir. Des cas d’abus ont été rapportés.

Comment faire face aux effets indésirables suspectés de zopiclone zentiva ?

La notification des effets indésirables suspectés après l’autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. 

References :

Les liens ci dessous mènent vers les pages que nous avons utilisées comme sources pour développer notre recherche et bien rédiger le contenu de notre article
PS : Il est possible que les urls changent ou deviennent introuvables. Il est donc préférable de passer par une recherche via les moteurs de recherche

Photo of author
E. Labidi est redactrice santé depuis 10 ans.